Salon du livre 2012, faut-il y aller ?

Salon du livre 2012

Le Salon du Livre, c’est l’événement incontournable de l’année pour tous les férus de livres : lecteurs, bibliothécaires, libraires, éditeurs etc. Mais est-ce que s’y rendre est vraiment indispensable ? Cela apporte-t-il un vrai plus ?

Eh bien oui… et non. Tout dépend de quel point de vue on se place. Si l’on est un lecteur assidu ayant soif de découvertes, le Salon est un très bon moyen de découvrir de nouveaux éditeurs et ouvrages pas toujours disponibles ou visibles ailleurs. C’est également l’occasion de rencontrer des auteurs et illustrateurs en dédicace ou en conférence, mais dans ce cas, préparez-vous à de longues heures d’attente… Les lecteurs pourront ainsi trouver leur content de trouvailles et de nouvelles lectures.

D’un point de vue de libraire ou de bibliothécaire, la plupart des stands que l’on visite sont déjà connus, nous sommes un peu désabusés, il faut l’admettre (du moins c’est le sentiment que j’ai par rapport au Salon). Les meilleures ventes étant mises sur table, il y a peu de place à la découverte et la spontanéité sur ce genre d’événement. C’est dommage, car personnellement, je me rend sur le Salon pour découvrir ce que l’on pourrait appeler des « perles », mais je rentre bredouille ou presque.

Cette année le Japon était à l’honneur, mais concrètement ça se traduisait surtout par quelques mises en avant d’ouvrages nippons sur les tables des grands éditeurs. Il y avait également une partie manga avec une quantité impressionnante de Naruto et d’autres mangas faisant partie des « bests » du genre, encore une fois, peu de place à la découverte…

Alors bien sûr, il y avait quelques conférence, mais on n’avait guère la sensation d’un réel événement autour d’une thématique forte.

Le deuxième axe sur lequel s’articulait le Salon était La Russie, avec la même problématique que pour le Japon : peu d’actualité autour.

Le Salon réserve tout de même quelques petites surprises à ses visiteurs, notamment avec le stand Los mas pequeños libros del mundo. Des livres minuscules qui tiennent largement dans la main et qui sont reliés de façon minutieuse. Alors le texte n’est vraiment pas de qualité, c’est plus pour l’objet en lui-même que pour son contenu que l’on peu être séduit. Il y avait entre autres, Alice au pays des merveilles, ou encore Don Quichotte.

Il y avait également le stand des éditions Autrement qui valait le détour avec des titres et des thématiques fortement intéressante. On notera entre autre leur fameux Atlas sur de nombreux pays et régions du monde entier. Leur livres documentaires sont également de très bonne qualité et donnent vraiment envie de s’y intéresser, et ce sur des thématiques aussi diverses que la Peste Noire ou la vie de Darwin…

Des petites pépites donc, mais à chercher activement dans la masse des ouvrages proposés.

Alors effectivement, les « gros » événements ne se déroulaient pas le vendredi, mais tout de même, le jeudi et le vendredi donnent une idée de la tendance générale du Salon : c’est une librairie géante où il faut payer 9.50€ pour avoir le privilège de rentrer, et pour les non-professionnels du livre, ça fait quand même cher je trouve, d’autant que les éditeurs payent également des sommes astronomiques pour avoir un minuscule stand…Salon du livre 2012 mas pequenos

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *