Chronique : Mon prof a bousillé la planète

Mon prof a bousillé la planèteVoici le quatrième et dernier tome de la saga des professeurs extraterrestres : après Mon prof est un extraterrestre, Ciel encore un prof extraterrestre, et Mon prof s’allume dans le noir (que je n’ai malheureusement pas encore trouvé d’occasion, les ouvrages étant tous épuisés…).

Nos « héros » se retrouvent face à un très gros problème : celui de convaincre le Haut Conseil de la Galaxie (réunissant une multitude d’extraterrestres), que leur planète ne mérite pas d’être détruite, et que la race humaine a des travers, certes mais pas de là à disparaître. Mais les extraterrestres ont peur que leur « bonté » leur soit payée très chère, car les hommes ont surtout l’air de se faire la guerre entre eux et n’évoluent pas vers un stade moral plus élevé, et si un jour l’homme découvre d’autres formes de vie dans la Galaxie, ne voudra-t-il pas les maîtriser ? Les détruire comme il détruit tout ce qu’il touche ? Leur faire la guerre ?

C’est  ainsi qu’une commission d’observation est ouverte afin de déterminer la viabilité de la race humaine, et nos 3 héros en font partie, ainsi que le premier professeur extraterrestre rencontré dans la saga. Leur mission est donc d’être impartial, et d’énoncer uniquement les faits en bien ou en mal. Et c’est en traversant le monde entier que nos héros se rende compte que la vie sur Terre n’est pas aussi belle pour tout le monde ils découvrent des pays où la faim et la soif sont des préoccupations constantes, d’autres où une guerre fait rage sans autre raison que c’est la volonté des dirigeants, et pas celle de ceux qui se battent… eux-mêmes horrifiés face a tant de cruauté, leur sort de la Terre est vraiment loin d’être assuré…

Je trouve que ce dernier roman de la saga recèle  beaucoup plus de philosophie que les précédents, et ça n’est pas du tout pour déplaire, on se rend compte que Bruce Coville était un peu en avance sur la tendance écolo que l’on rencontre maintenant, son roman est truffé de conseils en tout genre visant à faire prendre conscience au jeune lecteur que rien n’est acquis et qu’il faut en prendre soin constamment.

Très bonnes leçons de vie avec une belle fin qui fait réfléchir, mais je n’en dit pas plus ! Merci Bruce Coville pour cette saga qui devrait être conseillée dans le scolaire…(appel à l’éditeur, à quand une réédition ?) 

9/10

AUTEUR :
TRANCHE d´ÂGE :

2 réflexions au sujet de « Chronique : Mon prof a bousillé la planète »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

17 − 9 =