Mini-chroniques #2 : Des fées urbaines, une étrange proposition, un terrible thriller psychologique et une autobiographie marrante.

Alors, il y a la PAL (ou pile à lire), il y a la wish-list (qui regroupe tous les livres que vous voudriez lire un jour…) et puis il y a la PAC. Et bien oui, la pile à chroniquer ! Et parfois, il arrive que l’inspiration ne vienne pas, qu’elle tarde… ce qui fait que les livres s’accumulent jusqu’à former un nid de livres à chroniquer. Pour certains, la flamme n’est jamais venue, et les années se sont écoulées… Pour d’autres, ils sont récents et ont même été des coups de cœur… mais je ne me voyais pas faire une chronique entière. Et comme se sont tout de même des ouvrages que j’ai lu dans leur intégralité et apprécié, il est impossible pour moi de ne pas en parler !

Ambition – Yoann Dubos – Snag

Quel étrange ouvrage que ce roman ! A la fois versé dans le genre de la science-fiction, du meccha et de la fantasy urbaine, vous ne serez pas au bout de vos surprises avec cet univers à nul autre pareil.

Premier roman de Y. Dubos, Ambition imagine une avenir où l’humanité n’a plus seulement la Terre pour vivre, mais de nombreuses autres planètes qu’elle a colonisé au fil des siècles et technologies.

Nous sommes en 2312, et l’homme poussant l’exploration spatiale toujours plus loin, un duo de vaisseaux est envoyé vers Proxima du Centaure pour une mission unique… Sauf que l’un deux va littéralement exploser en vol, se fracassant contre un  mur invisible et insondable que rien ne permet de comprendre.

Cet événement étrange va malheureusement avoir des répercutions inattendues sur la Terre elle-même. En effet, d’étranges créatures sont apparue, et il semble que la collision du vaisseaux à des années lumières de la Terre y soit pour quelque chose…

Ces créatures ressemblent à des humains, mais possèdent des attributs uniques : moustaches de chats, queues de scorpions, pouvoirs hors du commun, longévité folle… L’humanité vient de découvrir que les fées existaient réellement !

C’est ainsi que nous découvrons un univers riche en surprises et en bonnes idées de tous bords. Premier tome d’une série prometteuse, Ambition à le mérite de sortir des sentiers battus.

PS : L’image ci-contre est un des projets de couverture d’Aurélien Police. Il n’a pas été retenu, mais je la trouve superbe !

La Transition – Luke Kennard – Anne Carrière éditions

Que feriez-vous si on vous laissait un choix étrange pour vous sortir d’une situation très délicate ? Après avoir été arrêté pour escroquerie pour avoir vécu au-dessus de leurs moyens durant des années, Karl et sa femme se voient proposer un choix des plus étranges : soit faire de la prison pour escroquerie, soit suivre un programme nommé La Transition ?

Qu’est-ce que la Transition ? Pour ceux qui la proposent, il faut voir cela comme une opportunité que comme une punition. En résumé, Karl et Genneviève voient toutes les poursuites abandonnés si ils acceptent d’être pris sous l’aile d’un couple qui va les remettre sur le droit chemin. Réapprendre à dépenser ce dont on a besoin uniquement, être toujours positif, être dans une démarche proactive… En somme, c’est une formation de savoir-vivre dans notre monde urbain et connecté à l’extrême pour ne plus jamais être endetté… Evidemment, l’opportunité de ne pas finir en prison est trop belle, et le couple accepte. Mais il y a beaucoup de mystère qui entourent le couple qui va les héberger, ainsi que la fameuse Transition. Leur veux-t-on vraiment que de bien ?

Ce roman est assez étrange, mais je l’ai trouvé absolument génial ! Il est une magnifique satyre de notre société et de ses pièges quotidiens. Il est très facile de se mettre dans la peau de Karl et Geneviève, car ils sont faillibles comme nous. A la fois fable actuelle et anticipation sociale qui frise l’étrange, La Transition est une pépite à découvrir. Il fait partie de ces romans aussi mémorables qu’inclassable que l’on prend un plaisir fou à dévorer…

Le malheur du bas – Inès Bayard – Albin Michel

Rarement j’ai lu un roman avec autant de violence dès les premières pages. En ouverture, on découvre une famille autour d’un petit déjeuner. Petit détail ? Ils sont tous morts… Comment en est-on arrivé là ? Qui a bien pu faire cela à cette famille sans histoires ? Et quelle est donc l’histoire qui se cache derrière cette introduction tragique ?

Pour faire court, Le malheur du bas est un roman sur le sujet du viol. Il est terrible, violent, tortueux, et magistral. Il ressemble énormément à Je me suis tue de Mathieu Ménégaux dans sa trame, mais en bien mieux réussit. Là où Je me suis tue m’avais énervée, agacée et où il manquait de crédibilité (jusque dans la scène de viol et la psychologie de son personnage). Le malheur du bas est chirurgical et explique à merveille les terribles mécanismes qui s’enclenchent dans la tête de cette femme qui découvre qu’elle est enceinte. Mais de qui ? De son mari avec qui elle cherche avoir un bébé depuis peu ? ou de son violeur et aussi chef qu’elle côtoie tous les jours ?

Un roman extraordinaire sur un sujet terrible qui se lit comme un thriller. En une journée, je l’ai lu, et je pense régulièrement à la façon dont la narration est bien pensée, magistrale et frise le génie. On veut savoir absolument, quel qu’en soit le prix.

La petite dernière – Susie Morgenstern – Nathan

Roman autobiographique totalement déjanté de l’enfance de Susie Morgenstern, on y passe un merveilleux moment de lecture. C’est drôle, vivant, et personnellement, même si ça ne devait pas être facile tous les jours, j’aurais adoré avoir une famille comme ça !

Entre le roman et le récit, on prend plaisir à (re)découvrir la plume magique de Suzie Morgenstern au travers de son enfance. On en apprend également plus sur l’Amérique des années 50 et le quotidien tel qu’il était à l’époque. Bref, c’est drôle ET instructif !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

14 + 20 =