Chronique : Gare à Lou !

Un nouveau Jean Teulé fidèle à l’esprit de l’auteur : débridé, un peu fou et très étrange… parfois même dérangeant.

On ne présente plus Jean Teulé, auteur français à l’œuvre particulière et très intéressante. On lui doit des ouvrages phares tels que Darling (inspiré d’une terrible histoire vraie), Je, François Villon (inspiré de l’Histoire, la vraie), Le Montespan (de l’Histoire également), le fameux Le magasin des suicides (adapté au cinéma), Mangez-le si vous voulez (tiré d’un fait réel historique terrible) et bien d’autres encore.

Avec Gare à Lou ! paru en mars 2019, il revient dans un style incisif et très créatif tout à fait digne de lui.

Une gamine aux pouvoirs incommensurables

La quatrième de couverture est aussi brève qu’efficace : Lou s’est découvert un pouvoir. « Quand elle souhaite du mal à quelqu’un, ça se produit… « . Difficile de faire plus clair. Mais que peux bien donner une histoire pareille où une pré-ado aurait le pouvoir sur tout ? C’est flippant… et intéressant !

C’est ainsi que la jeune Lou va se voir kidnapper par l’armée française pour le bien de la nation tout entière.

Une arme de destruction massive qui porte un appareil dentaire…

Un periophthalmus barbarus, la seule illustration intérieure du roman.

… du jamais vu ! Pour les chefs des armées sous la mer, du sol et en l’air, c’est une première. Ils vont devoir garder la jeune Lou dans un bunker top secret et lui insuffler l’idée de faire du tort à tout ennemi du pays. Mais Lou est une pré adolescente, et rien n’est plus difficile que de l’amener à souhaiter du mal aux cibles choisies par le chef de l’Etat, Hannibal Zhan Shu ! 

Les pouvoirs qu’elle détient sont sans limites : elle peut mettre les pyramides de Gizeh à l’envers, faire diapraître une population entière, ou encore pousser au suicide un chef d’état dont le stylo ne fonctionne jamais.

Gare à Lou est un roman facile lire, mais assez stylisé, l’écriture fait d’ailleurs beaucoup penser à L’écume des jours de Boris Vian. Jean Teulé se joue de tout en toute circonstance, il nomme écorche-cieux les gratte-ciels (très beau n’est-ce pas ?), des vases en forme d’arbres (création de la mère de Lou) sont des vasarbres et une foule d’autres expressions uniques. Le Palais de l’Elysée comme nous le connaissons n’existe plus, il est entouré d’une immense boule à neige qui en fonction des caprices de sa météo interne laisse entrevoir quelques fenêtre du Palais à travers les flocons…

Les chapitres y sont extrêmement courts (trois/quatre pages tout au plus) ce qui rend la lecture très rapide. Le tout est très débridé, mais c’est fidèle à l’image que j’avais déjà de Jean Teulé. Cependant, c’est parfois un peu trop décousu, trop fou, même quand on aime l’originalité. Et surtout, l’histoire a beau être simple et efficace, elle est trop rapidement conclue à mon goût. En effet, on a l’impression que Teulé n’avait pas assez de pages pour terminer comme il se doit son histoire. Le dernier chapitre en particulier est un peu abrupt, même si on comprend l’idée générale. 

En somme, Gare à Lou ! est un roman cru et original. Il s’adresse avant tout aux fans de Teulé, les autres trouverons peut-être que ça manque de matière… et c’est le cas selon moi.

AUTEUR :
EDITEUR :
TRANCHE d´ÂGE : ,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

trois × cinq =