Interview de Marie-Lorna Vaconsin pour Le Projet Starpoint

A l’occasion de la parution de son premier roman : Le Projet Starpoint – tome 1 – La fille aux cheveux rouges (lire la chronique complète ici), Marie-Lorna Vaconsin revient avec nous sur les sources même de sa saga.

Glow : Pourriez-vous vous présenter aux lecteurs de La Bibliothèque de Glow ?
Marie-Lorna Vaconsin : Bonjour aux lecteurs de la Bibliothèque de Glow ! Je suis ravie de vous rencontrer et pour me présenter, je dirais que je suis moi aussi une lectrice et que c’est parce que je suis fan de saga, de séries, de gros livres qu’on retrouve le soir après y avoir pensé toute la journée que j’ai eu envie d’écrire le mien.

Glow : Comment vous êtes-vous tournée vers l’écriture ?
Marie-Lorna Vaconsin : J’écris depuis que je suis toute petite – des poèmes, des mini romans, des nouvelles mais c’est à  l’adolescence que j’ai pris l’écriture comme un refuge.  C’est à cet âge là que j’ai perdu la possibilité de m’échapper par le jeu. Avec ma soeur, on avait construit un jeu de rôle qui se déroulait dans un  monde parallèle, avec des personnages récurrents, des villes, des missions d’espionnages. On y passait tout notre temps et, en grandissant, les gens se sont mis à nous regarder bizarrement. Alors, nous avons arrêté de jouer et c’est là que j’ai vraiment commencé à écrire.

Glow : Comment l’idée même du Projet Starpoint vous est-elle venue ?
Marie-Lorna Vaconsin : Je voulais trouver une façon d’expliquer scientifiquement la réalité du monde parallèle de mon enfance. Je voulais écrire un roman qui explique comment, pour de vrai, chacun d’entre nous pouvait basculer dans un autre monde – et pas seulement des héros lointains.
Et puis, je voulais parler d’adolescents aussi. De leurs problèmes, de leurs préoccupations de lycée, de leur façon de tomber amoureux. Je voulais rappeler ce que c’est que de chercher le regard de l’autre dans un couloir à la pause de 10h, de chercher une silhouette dans la foule devant le lycée…

Glow : Combien de temps l’écriture du premier tome vous a-t-elle prise ?
Marie-Lorna Vaconsin : Il a maturé en moi depuis des années – depuis que je suis petite à vrai dire. J’en ai écrit des tas de versions successives, mais j’ai mis un an à écrire cette version là.

Glow : Avez-vous eu à démarcher beaucoup d’éditeurs avant que votre texte ne soit retenu ?

Marie-Lorna Vaconsin : Non, pas beaucoup, parce que je savais que mon éditeur était fan de littérature « Young Adult ». Je savais qu’il était, comme moi, fan d’À la croisée des mondes et qu’il recherchait un auteur de ce genre. Alors je lui ai directement envoyé le manuscrit et je n’ai pas cherché d’autre éditeur.

Glow : Comment l’idée de « glisser » entre les mondes grâce à « l’angle mort »vous est-elle venue ?

Marie-Lorna Vaconsin : A cause de l’expression « l’angle mort » qui m’a toujours fascinée. Quand j’étais petite, j’entendais les adultes dans la voiture qui disaient « attention à l’angle mort » ou « untel n’a pas vu l’angle mort » et j’imaginais des gens coincés dans un no man’s land géométrique… J’essayais de dessiner l’angle mort, de l’imaginer en 3D, de l’apprivoiser; je jouais avec les miroirs pour voir à quel moment il commençait, à quel moment il s’arrêtait. J’avais l’impression que c’était comme un « Triangle des Bermudes au petit pied ».

Glow : Il est également beaucoup question de sciences dans votre roman (mathématiques, physique, chimie, biologie…), prendra-t-elle une place encore plus importante à l’avenir ?
Marie-Lorna Vaconsin : Pas plus, mais pas moins. « Le projet Starpoint » est le nom d’un projet scientifique conduit par le père de Pythagore. La recherche scientifique est un fil rouge au travers des trois tomes qui trouvera sa résolution à la fin de la série. A travers l’aventure, le lecteur devient lui-même un peu chercheur en physique quantique.

Glow : La couverture de votre roman est magnifique (et fait d’ailleurs penser à l’univers de Jules Verne)… avec-vous participé à sa conception ?

Marie-Lorna Vaconsin : Merci ! Moi aussi je la trouve magnifique ! C’est un tatoueur de « yeaaah studio » qui l’a réalisée. Ma seule petite contribution se trouve dans les cercles du bas que le designer a mis en couleur : ce sont des  mini bouts de la carte de l’autre monde que j’ai dessinée.

Glow : Le premier tome de la saga se lit très vite et garde encore bien des mystères… pour quand est prévu le second opus ?
Marie-Lorna Vaconsin : L’année prochaine, à peu près à la même période que le tome 1. C’est à dire, vers mars 2018.

Glow : Où pourrons-nous vous rencontrer prochainement ? (salon, dédicace, etc).

Marie-Lorna Vaconsin :

  • Aux Imaginales d’Epinal du 18 au 21 mai
  • A la Librairie Royaumes à Paris 13ème le 3 Juin
  • à Bordeaux le 6 juin, à la Libraire de la Comédie.
  • Libraire Oblique à Auxerre le 10 juin
  • Libraire Coiffard à Nantes le 17 juin
  • Saint Maur en poche 24/25 juin

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *