Chronique : L’école des mauvais méchants – Complot 1

L'école des mauvais méchants 01C’est si bon d’être méchant !

Écrit par Stéphanie S. Sanders, L’école des mauvais méchants est une série pour la jeunesse publiée aux éditions Nathan. Le premier tome est sorti le 6 mars dernier et le second vient tout juste de paraître en ce mois de juin. Cette nouvelle série pour les jeunes lecteurs mêle humour et contes de fées revisités.

Un centre de mise à niveau pour les jeunes méchants qui ne le sont pas assez…

Quand on est élève dans le Centre de redressement pour Méchants Récalcitrants de Drexler, c’est plutôt mauvais signe. Soit vous êtes très mauvais en cours de solfilège, soit vous n’avez pas l’âme et le vice d’un vrai méchant est c’est très problématique.

C’est ainsi que la fille du conte Dracula s’y retrouve : aimant bien plus le chocolat que le sang… ses goûts sont une honte pour la famille. On retrouve également le fils du Loup dans le fameux conte du Petit chaperon rouge et enfin Rune Drexler. Rien de moins que le méchant de l’histoire (et oui, il est interdit de die héros, sinon c’est le renvoi garanti !).

Rune n’est autre que le fils d’un très puissant sorcier qui est également le directeur de l’école… et ce dernier est bien loin d’avoir la fibre paternelle ! Mais Rune est tout sauf doué en méchanceté… Et c’est ainsi qu’il est temps pour le jeune homme de changer de niveau d’apprentissage : de fourbe, il va lui falloir passer félon sous peine d’être tout simplement exclu de l’école… ainsi doit-il comploter !

Un complot à l’échelle d’un royaume

Rune va devoir jouer serré s’il veut parvenir à ses fins et rester au Centre, car son complot est loin d’être simple. Le jeune sorcier va devoir kidnapper une princesse, voler un bébé, trouver un homme de main et en faire son esclave et enfin renverser un royaume et placer sur le trône le souverain de son choix… et tout ça en quelques jours à peine !

Pour un apprenti méchant peu exceptionnel, ces tâches vont s’avérer compliquées, et cela même avec l’aide de deux de ses compagnons de classe.

Amusant mais pas désopilant

L’idée de créer une école avec des méchants qui ne savent pas y faire est sympathique mais ne suffit pas à amorcer un réel intérêt pour l’histoire. Utiliser des personnages connus de la littérature et des contes de fées est une bonne idée en soit : outre les enfants de personnages célèbres déjà mentionnés plus haut, on rencontre également le fils de la sorcière du conte Hansel et Gretel ! Cet aspect du roman est intéressant et plaira à ceux qui veulent y voir un écho aux contes de notre enfance.

 ….

Mais malgré ces bonnes idées, L’école des mauvais méchants reste un roman somme toute assez plat, sans réelle touche qui en ferait quelque chose de plus notable…

Bien que la cible soient des lecteurs d’environ 10 ans, l’écriture est parfois simplette et peu captivante. Il y a quelques bonnes idées, mais elles ne suffisent pas à rendre cette lecture inoubliable.

 

2 réflexions au sujet de « Chronique : L’école des mauvais méchants – Complot 1 »

  1. jsanalytics

    C est une petite histoire sympa qui met en scene les enfants de mechant de contes tres connu comme le fils de la mechante sorciere dans Hansel et Gretel, le fils du grand mechant loup des 3 petits cochons ou bien la fille de Dracula ,..

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *