Chronique jeunesse : Zombies Zarbis – Tome 1 – Panique au cimetière !

Zombies Zarbis - Tome 1 - Panique au cimetière !Une nouvelle série pour la jeunesse sous le signe des morts-vivants !

Marie Pavlenko (autrice que j’adore grâce à des romans tels que Je suis ton soleil, le Cycle du livre de Saskia, le génial La fille-sortilège…) et Carole Trébor (autrice que j’adore aussi, pour son roman dans la saga U4 et pour sa trilogie Nina Volkovitch) se sont associées pour concocter une toute nouvelle série de romans pour la jeunesse chez Flammarion : Zombies Zarbis. Le premier tome est paru au début du mois de septembre 2018, et le second est d’ores et déjà prévu pour novembre…

Alors, qu’en est-il de cette nouvelle série de romans pour se faire peur quand on a entre 8 et 10 ans ?

Un cimetière destiné à la destruction totale

Bienvenue dans une petite ville bien sous tous rapports avec sa boulangerie, son école, sa mairie, son cimetière, ses zombies… Ses zombies ??? Oui, vous avez bien lu !

Dans cette ville à l’apparente normalité se cachent quantité de zombies qui ne sortent qu’une fois la nuit tombée. Ils savent qu’ils sont morts mais « vivent » eux aussi dans un quotidien aux habitudes bien huilées…

Mais ça, c’était avant que les machines arrivent. Leur but ? Tout détruite afin d’installer une supérette flambant neuve dans la ville ! Mais les zombies ont fait leur mort ici, et ils comptent bien rester dans leur cimetière…

C’est ainsi qu’un affrontement va s’engager dans les deux camps. Tout en sachant que celui des vivants ignore absolument tout de l’existence des zombis… C’est dans cet étrange contexte que le jeune Romain va faire la rencontre insolite de Léo, une jeune zombie aussi attachante qu’adorable. Ensemble, ils vont tenter de déjouer les projets de destruction de la mairie…

Un premier tome long à démarrer et par trop classique

Malgré deux autrices dont j’ai lu de nombreux ouvrages, ce roman jeunesse à quatre mains n’a pas réussit à me séduire. Pour avoir déjà lu plusieurs romans sur la même thématique, ayant pour lieu central un cimetière, (Hugo de la nuit, Rufus le fantôme… notamment), j’avoue n’avoir eu guère d’affect pour les personnages. Et encore moins pour leur histoire, ainsi que leur passé.

Tout est présenté trop vite, normal, il s’agit d’un roman pour la jeunesse, mais tout de même. Ici, les infos s’écoulent en un flot ininterrompu qui laisse peu de place à autre chose qu’aux rebondissements en chaine. Et malgré tout… on s’ennuie ferme. On a l’impression de piétiner comme un zombie qui fait du surplace, on lit les chapitres rapidement, mais sans réelle saveur…

Tout est assez attendu, et surtout, l’univers de Zombies Zarbi n’a aucune spécificité. On dirait que les zombies sont un prétexte pour écrire plus qu’un réel élément de l’intrigue… En particulier, la fin qui n’en est pas vraiment une, vous serez obligés d’acheter le second tome pour savoir si les héros résolvent leurs problèmes. Là où la plupart des romans qui constituent une série offrent au lecteur une petite fin malgré un fil rouge global, ici, on s’arrête très abruptement.

………..

Vous l’aurez saisi, je suis passée totalement à côté de ce roman qui pourtant s’annonçait fort bien de mon point de vue. La déception est bien là, et je crois que je n’irais pas insister en lisant le second tome de Zombies Zarbis… Il n’y a que la petite chouette zombie Joséphine, sans yeux, qui a trouvé grâce aux miens…

PS : Les illustrations sont signées Marc Lizano, un auteur dont j’ai déjà pu apprécier de nombreux ouvrages : Dépêche-toi maman c’est la rentrée, et L’enfant cachée. Pour Zombies Zarbis, son trait est beaucoup plus épais et moins lisse que d’habitude, et j’avoue avoir moins aimé. Cela donne une image un peu brouillonne des dessins…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *