Chronique : Millenium – Tome 1 – Les Hommes qui n’aimaient pas les Femmes

millenium01leshommesqui.jpg

Tout d’abord, avant de vous dire mon avis sur ce livre, sachez que sa publication elle-même a une histoire peu commune. En effet son auteur, Stieg Larsson est mort quelques jours seulement après avoir donné les manuscrits de la trilogie Millénium à sa maison d’édition. De plus, il avait prévu de faire en tout une dizaine de livres. Avant de disparaître, il travaillait sur les mécanismes des coffres-forts pour son prochain écrit… la légende Millénium est née, s’ajoutant à celle de son auteur.

L’histoire du premier tome de cette trilogie est très prenant. Les 150 premières pages étant surtout la présentation des personnages principaux, on pourrait penser que c’est long : eh bien pas du tout. Stieg Larsson a si bien su creuser ses personnages, leur caractères leur comportement et leur histoire qu’ils sont vraiment passionnants et que l’on ne s’ennuie pas, je vous le garanti. De plus, n’étant pas une fervente adepte des romans policiers et autres livres du genre, j’étais pour ainsi dire sceptique, mais vous savez quand autant de gens disent autant de bien d’un livre on ne peux qu’être curieux !

Il faut avouer que l’histoire est très entraînante, mêlant un crime irrésolu depuis quarante années et des trafics économiques. Les deux personnages principaux n’ont pas l’air d’êtres voués à se rencontrer, et encore moins à s’entendre et pourtant, ils mèneront l’enquête ensemble envers et contre tout. L’un étant un journaliste dont la véracité des dires a été anéantie, et l’autre une jeune fille ayant des problèmes d’ordre psychologiques selon les normes de la société, mais qui est plus que douée pour trouver des informations.

J’ai vraiment été embarquée par l’histoire, et lu le livre en 3 jours. Mais je pense que quand on dit trop de bien de quelque chose, on fini par avoir des attentes démesurées ; et c’est un peu ce qui s’est passé avec ce livre. L’histoire est prenante, les personnages sont vraiment hors du commun, on les suit dans leur progression, tout haletant et tout cela pour une fin qui n’est pas à la hauteur de ce à quoi je m’attendait. Il faut avouer que tout est bien tissé, et que l’on peux féliciter l’auteur de sa qualité d’écriture. Mais pour le dénouement, c’est autre chose : trop prévisible ce qui est dommage.

Ainsi, pour moi, ce permier tome de Millenium doit être apprécié pour la façon dont il est écrit, qui est sublime. Certains passages sont vraiment une épreuve, autant pour le personnage que le lecteur et cela n’est pas à la portée de tout auteur.

Affaire à suivre donc, avec les deux autres tomes de la trilogie ; La fille qui rêvait d’un bidon d’essence et d’une allumette (Millenium 2) ; La reine du palais des courants d’air (Millenium 3).

A la fin de ce volume, le lecteur se doute qu’il rencontrera à nouveau les personnages et la revue Millenium. Des fils ont été noués, des portes ouvertes. Impatient, haletant, on retrouvera Mikael et sa hargne sous une allure débonnaire, et Lisbeth avec les zones d’ombre qui l’entourent, dans : Millenium 2 – La fille qui rêvait d’un bidon d’essence et d’une allumette ; Millenium 3 – La Reine dans le palais des courants d’air.

AUTEUR :
TRANCHE d´ÂGE :

4 réflexions au sujet de « Chronique : Millenium – Tome 1 – Les Hommes qui n’aimaient pas les Femmes »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *