Chronique : L’abomination de Dunwich (et autres nouvelles)

L'abomination de DunwichC’est la seconde fois que je me plonge dans l’univers sordide et sombre de Lovecraft, et je n’aime toujours pas. Ce n’est pas le côté sombre et l’ambiance qu’il dégage, au contraire il sait très bien le faire. Non, ce que je n’aime pas, c’est l’histoire en elle-même, à chaque fois il y a un monstre et c’est la même fin. Côté suspense, on est vraiment pas servi.

Ainsi pour moi les nouvelles de Lovecraft se suivent et se ressemble, et c’est bien dommage, car il a tout de même le mérite d’instaurer une bonne petite atmosphère d’inquiétude et de doute. Mais grâce à des nouvelles intéressante par leur chute, le livre n’est pas totalement inintéressant : J’ai choisi ici de donner mon avis sur chacune des nouvelles du livre : il y en a neuf.

L’abomination de Dunwich : Très décevante, même si le début était vraiment captivant par une description des habitants très précise expliquant leur origines. La suite l’est beaucoup moins, et l’histoire en elle-même n’a pas de grand intérêt. 3/10

Je suis d’ailleurs : Petite nouvelle très très courte, elle est fort sympathique. Le seul et unique personnage de l’histoire est fort intéressant. Très beau et poétique, et une belle et terrible fin. 7/10

Les rats dans les murs : Cette nouvelle nous montre un des côtés appréciables de Lovecraft : une description historique et très complète de l’objet de sa nouvelle. C’est parfois très intéressant. Ainsi, le début n’est pas mal mais la suite n’a pas de grand intérêt. 4/10

Le modèle de Pickman : J’ai adoré l’ambiance de cette nouvelle. Très urbaine, très contemporaine de son époque. Elle nous plonge dans le monde d’un artiste peintre qui fait des oeuvres plus réelles que le modèle… Géniale ! 8/10

La musique d’Erich Zann : Une fois de plus, Lovecraft montre qu’il sait instaurer une ambiance, un mystère avec de superbes descriptions… mais il n’arrive pas à créer un effet de surprise à la fin de sa nouvelle, et j’ai été très déçue. M’attendant une fois de plus à quelque chose de plus original. 3/10

Arthur Jermyn : Une nouvelle fort intéressante que j’ai beaucoup aimée, même si la fin peut-être quelque peu prévisible, elle est fort bien tournée. L’ambiance est exotique, avec une famille d’explorateurs de générations en générations. 8/10

Le molosse : Je trouve le sordide et le macabre de cette nouvelle vraiment horribles. J’aurais pu aimer si la fin n’avait pas été si peu originale… 3/10


La cité sans nom : Cette nouvelle est vraiment étrange. L’écriture était vraiment envoûtante, comme la cité sans nom. L’histoire est pas mal, j’ai aimé, mais je ne saurais trop dire ce qui m’a plu. Bizarre non ? Le mieux est que vous la lisiez ! 7/10

La maison maudite : Un grand classique, non ? Cette nouvelle n’avait rien d’extraordinaire. Et même si le traçage de l’histoire des habitants de la maison est bien fait, le reste est bien prévisible. Dommage. 4/10

EDITEUR :
TRANCHE d´ÂGE : ,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *