Chronique : La Fée des dents

fee des dentsUn roman fantastique et horrifique assez décevant….

La Fée des dents (the tooth fairy dans la culture Anglo-saxonne) est en fait notre petite souris européenne. Mais elle n’a rien de mignon dans cet ouvrage de Graham Joyce, bien au contraire. En temps normal, un enfant ayant perdu une dent la met sous son oreiller pour avoir l’heureuse  surprise le lendemain de trouver une piécette. Ici, la fée des dents est une sorte de monstre tantôt une femme sublime tantôt un être androgyne repoussant et bien d’autre choses aussi…

C’est donc ainsi que tout commence malheureusement pour l’un de ces enfants : il va se réveiller et voir cette fée normalement invisible pour tous (appelée Quenotte) , et c’est là que les ennuis vont commencer pour lui et pour son entourage… et aussi pour le lecteur…

Eh oui, ce roman est en fait très décevant malgré une quatrième de couverture qui donne vraiment envie et une couverture franchement esthétique franchement dans l’ambiance. Au début du roman, on ne comprend pas forcément bien les enjeux et pourquoi le personnage n’aurait vraiment pas du voir la fée des dents, et tout naturellement on se dit que ça viendra plus tard. Mais en vérité ce roman n’est qu’un enchainement de scènes « érotiques » déplacées  (car elles n’apportent que peu de choses à l’histoire au final) et de ballades entres ados qui tournent mal. Le rythme est très lent malgré quelques rebondissements autour de la vie de Sam (notre personnage principal)avec quelques morts pour faire bonne figure.

Notons toutefois un bon petit rebondissement vers la fin, mais qui ne vaut tout de même pas la lecture du livre qui sans être fastidieuse, n’est pas non plus passionnant. En bref, même si la fée des dents ressemble par certains côté à du Stephen King, on est bien loin de s’évader dans le monde vaste peuplé du fantastique et de l’imaginaire.

Ainsi s’achève cette première lecture de Graham Joyce pour moi, mais heureusement il n’a pas écrit que la fée des dents. C’est pourquoi je me replongerais sûrement dans ses écrits pour voir autre chose de cet auteur comme par exemple : Mémoires d’un maitre-faussaire qui a l’air vraiment fort sympathique (écrit sous le pseudonyme de William Heaney).

 3/10

AUTEUR :
EDITEUR :
TRANCHE d´ÂGE :

Une réflexion au sujet de « Chronique : La Fée des dents »

  1. Opio

    Non mais c’est quoi cette critique,aucune argumentation valable,c’est mal écrit on a l’impression que c’est fait par un troisième puis en plus elle est très courte,rien n’est développé « Mais en vérité ce roman n’est qu’un enchainement de scènes « érotiques » déplacées »,on a pas du lire le même livre.
    Moi j’ai beaucoup aimé en tout cas,petite histoire avec des enfants,à l’instar de « nuit d’été’ de Dan Simmons ou même de « çà »,bien ça soit quand même différent pour ce dernier.

    Voila une bonne critique:
    http://www.elbakin.net/fantasy/roman/la-fee-des-dents-860

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *