Chronique jeunesse : Les orphelins de métal

Un roman à l’univers rassurant et original qui lie robots et humains à la perfection !

Paru aux éditions Lumen en avril 2019, Les orphelins de métal est un one-shot traduit de l’irlandais. Il s’agit du premier roman de Padraig Kenny à paraître en France.

Des robots entrés dans le quotidien

Dans une version révisée du Royaume-Unis à une époque qui ressemble à la fin du XIXème siècle, nous découvrons que les robots ont changé le monde. Grâce aux glyphes, il est possible d’insuffler la vie aux objets inanimés. Plus l’objet possède de glyphes et plus ils sont complexes, plus le robot aura une personnalité développée.

C’est dans ce contexte que l’on suit l’inventeur raté Absalom : arnaqueur à la petite semaine, roi du rafistolage et de la débrouille, il vivote grâce au travail de ses robots… Il est aidé par Christopher, un jeune garçon attachant qui adore la compagnie des fameux êtres de métal. Mais un accident va révéler un secret inattendu concernant Christopher. Sa vie va en être bouleversée, et il va être arraché à ceux qu’il aime…

Pour l’occasion de cette sortie, les éditions Lumen ont envoyé un petit robot à monter soit-même ! On tire sur la ficelle, et il s’anime.

Un univers riche et plaisant

Lire ce roman, c’est un peu comme de s’entourer d’un plaid tout doux. On s’y sent bien, l’univers y est lumineux. On y retrouve avec plaisir les codes du steampunk tout en découvrant un système magique original – celui des glyphes et des patchs.

Autre fait plaisant, dans ce Royaume-Unis fantasmé, l’Histoire à changée. Même si l’on a pas tous les détails, il est question d’une guerre qui a touché fortement le pays. Et c’est grâce aux robots que le pays a pu se relever et se développer. Même si on a pas tous les détails, c’est donc dans une uchronie que nous baigne ce roman jeunesse. Et c’est assez peu commun pour le souligner…

Ainsi, c’est l’ouvrage idéal pour qui souhaite un roman d’aventure sans avoir à lire une série à rallonge. Il sera parfait à découvrir pour les enfants dès l’âge de 10/11 ans. Et j’aimerai beaucoup découvrir l’autre roman de Padraig Kenny : Pog.  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

quatorze + 17 =