Chronique : Geek Girl – Tome 5

Harriet Manners, ses amis, ses amours, ses aventures… et on aime toujours autant !

Et nous revoici autour d’une chronique dédiée à Geek Girl ! Nous en sommes déjà au cinquième tome de la saga, mais ce n’est pas encore le dernier.  

Ce nouvel opus est paru en octobre 2016, toujours aux éditions Nathan. Les couvertures françaises sont toujours aussi colorées, funs et vivantes et retranscrivent parfaitement l’esprit de la saga. 

Harriet Manners a maintenant une vraie team d’amis !

Et oui, le temps est révolu où Harriet n’était qu’une pauvre geek sans amis excepté Nat. Fini le temps où Toby était son harceleur personnel. Terminé ces moments de solitude… Non, maintenant Harriet peut se targuer d’avoir un vrai groupe d’amis sur lesquels elle peut réellement compter. Mais l’amitié est une chose rare qui se cultive constamment, comme va en faire l’expérience notre jeune héroïne aussi intelligente que très naïve par certains côtés. 

Une lecture toujours aussi plaisante et drôle 

Même si les ressorts de l’intrigue sont cousus de fil blanc avec : une bourde monumentale en fil rouge par Harriet, un voyage à l’étranger comme égérie d’une nouvelle marque, le tout parsemé de faits scientifiques, ça fonctionne.  

En effet, Holly Smale a le talent pour faire durer don intrigue de façon crédible et toujours aussi plaisante. Certes, nous sommes dans des situations vues et revues par l’auteur, mais le tout reste assez intéressant pour fonctionner. 

Harriet est un personnage qui mûrit encore un peu plus, mais toujours malgré elle. Même si elle est parfois agaçante à ne pas voir ce que tout le monde voit, on l’aime bien ! Même si elle se répète parfois un peu dans sa façon d’esquiver les problèmes, on l’apprécie.  

Mais surtout, elle fait preuve d’un altruisme incroyable quand il s’agit d’aider les gens qu’elle aime. Ce qu’elle va faire pour aider Wilbur et son agence est tout simplement génial. De même pour la situation de son père, au chômage depuis cinq tomes !

Par ailleurs, pour ne pas déroger à l’habituel voyage professionnel, cette fois-ci, nous nous envolons pour l’Inde ! Fête colorée avec un lancer de pigments à l’échelle de toute une ville, rencontre avec un éléphant très affectueux… Et c’est de loin la plus géniale séance de photographies que l’on n’a lue dans la saga. Pourquoi ? Parce que Harriet réussi enfin à être elle-même… 

 ………..

Pour conclure, ce cinquième et avant-dernier tome de la saga fonctionne très bien malgré les quelques répétitions que nous avons relevées. C’est drôle, c’est une saga qui fait du bien, et… que demander de plus ? A découvrir sans réserves dès l’âge de 12 ans.  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *