Chronique Cinéma : Divergente 2 – L’insurrection

Divergent film defy-reality-posterUn second opus cinématographique à la hauteur

Il vient tout juste de sortir en salle (le 18 mars 2015) et est directement adapté du second tome de la trilogie young-adult Divergent écrite par Veronica Roth (parue chez Nathan en France). Divergente 2 – L’insurrection nous promet de l’action, des révélations et de belles images… et c’est bien le cas ! Par ailleurs, la réalisation a changé de mains entre le premier et le second film, Neil Burger a laissé sa place à Robert Schwentke (R.I.P.D, Red, Hors du temps…) et tout cela sans heurts pour nous spectateurs.

Immersion immédiate dans le Chicago du futur…

Suite directe du premier opus cinématographique Divergent, L’insurrection démarre en trombe pour ne plus nous lâcher (ou presque). Peu de moments creux, et avant tout de nombreuses révélations sur ce Chicago du futur divisé en cinq factions.

Beaucoup plus d’action que dans le roman, c’est ce qu’il ressort de cette adaptation que l’on peux juger très positive. Là où le livre a parfois des phases très lentes, le film sait nous tenir en haleine : non lecteurs, mais également lecteurs de la série compris seront captivés. Il faut se l’avouer, les effets spéciaux sont pour beaucoup dans notre appréciation positive. Certaines scènes sont absolument sublimes et mémorables : la maison volante qui brûle et dans laquelle se trouve la mère de Tris restera LA scène du film. Il y en a toutefois d’autres, dont nous vous laisserons la primeur.

Shailene Woodley est toujours aussi parfaite dans le rôle de Tris qu’elle campe merveilleusement. Kate Winslet est également excellente dans son rôle de dirigeante tyrannique et manipulatrice et les autres ne sont pas non plus en reste, notamment Jai Courtney dans la peau d’Eric, l’ancien chef des Audacieux à la solde des Érudits.

Divergent 2 ToriEnfin, pour ceux qui n’ont pas encore lu les romans, ils en découvriront beaucoup plus sur les autres factions qui composent la société du monde de Divergent. On découvre en particulier comment fonctionnent en interne les Fraternels et même… les sans-faction !

En ce qui concerne la bande originale, même si elle est moins mémorable que celle du premier opus qui avait su nous impressionner (le titre Run boy run de Woodkid était pour beaucoup dans ce ressenti) elle sait se lier avec efficacité aux belles images du film. Pas de titre phare pour ce film donc, mais une musique à la hauteur.

Il y a bien entendu des divergences scénaristiques entre le film et le roman : le film nous montre dès les dix premières minutes les enjeux et les cibles de la terrible Jeannine, chef des Érudits. Dans l’ouvrage, c’est dans la seconde moitié de l’intrigue que l’on sait de quoi il retourne.

 …..

En conclusion, Divergent L’insurrection est un très bon film d’anticipation à voir. Cependant, l’intrigue est bien entendu simplifiée pour entrer dans un format cinéma. Certaines réactions de personnages ne sont pas assez expliquées en amont ou justifiées. Lire les livres vous apportera ces informations non négligeables et bien plus étoffées que celles du film. A voir absolument, oui, mais lisez les livres, ils sont tellement géniaux eux aussi !

Patience maintenant pour le dernier volet de la saga qui se découpera (comme de trop nombreux autres films) en deux parties… Allegiant – Partie 1 en 2016 et Allegiant – Partie 2 en 2017.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *