Chronique album jeunesse : Il était trop de fois

il-etait-trop-de-foisEt si la narration de cet album se retrouvait perturbée par une sorte de contrôle parental intempestif ?

Il vient tout juste de sortir en librairie, voici un tout nouvel album signé par Muriel Zürcher à la plume et Ronan Badel au dessin.

Vous connaissez peut-être déjà Muriel Zürcher, auteur Suisse, elle a écrit la trilogie dystopique Le Tourneur de Page. Mais elle a également écrit de nombreuses histories destinées aux jeunes lecteurs sous forme d’albums, de romans… : Toile de dragon, Soléane, Robin des graffs

Ronan Badel quant à lui est illustrateur pour la jeunesse. Il y a de très grandes chances que vous ayez déjà croisé l’un de ses ouvrages : Tout ce que la maîtresse ne dira jamais, J’adore le jus de rat !, Cucu la praline, toute la série des Emile chez Gallimard Jeunesse également.

Il était trop trop trop de fois

« Il était une fois un loup, grand et méchant. NON ! PAS DE LOUP ! Pensez aux pauvres petits lecteurs si sensibles qui risquent de faire des cauchemars… ».

Ainsi commence l’histoire qui va aller de réécritures en interdictions diverses… Et ça ne va pas en s’arrangeant car rien ne semble convenir au co-narrateur, véritable dictateur, qui veut TOUT interdire…

Un album court, flashy, spontané  et drôle

Adapté aux enfants dès l’âge de 3 ans, cet album est un beau petit objet. Format à l’italienne de petite taille (21×11 cm), maniable, couverture cartonnée d’un rose magnifiquement flashy (j’adore !), l’intérieur est en bichromie avec uniquement du noir… et encore ce joli rose qui pète !

il-etait-trop-de-fois-interieur-2

L’histoire est très drôle, et pour une fois, elle ne prend pas du tout les enfants pour des idiots. Il y a encore trop peu d’albums dans ce genre, et en découvrir un comme ça, c’est plaisant.

L’idée d’un second narrateur en contradiction avec le premier m’a fait penser à l’album L’histoire perdue (au Seuil Jeunesse) où le narrateur et l’illustrateur sont en contradiction totale.

C’est une façon originale et très amusante de traiter une histoire surtout quand les interdictions ressemblent à des interdictions parentales !

Et oui car dire que les pigeons sont sales et qu’il ne faut pas les toucher, insister lourdement sur le fait qu’il faut manger cinq fruits et légumes par jour ou encore que les bonbons sont mauvais pour les dents, ce sont des remarques typiques de parents. Alors voir cet album en rire en s’en moquer gentiment, ça fait bien plaisir…

J’ai absolument adoré les illustrations très expressives de Ronan Badel. Le dessin de son caniche mangeant son navet vaut tout l’or du monde ! De même, les réactions du pigeon sont excellentes également (notamment sous la douche ou quand il vérifie la propreté de ses pattes…).

 ……

il-etait-trop-de-fois-interieurEn somme, cette découverte qui sort très largement des sentiers battus est parfaite à faire découvrir aux petits dès l’âge de 3 ans. C’est vivant, drôle, dynamique, et la lecture à haute voix – si on y met bien le ton – peut donner quelque chose de génial pour les petits lecteurs…

Je trouve juste l’ouvrage un tout petit peu cher pour le format, car il est tout de même à 10,90€. Après, je suis certaine qu’il promet de longues séances de lecture et de re-re-re-re-lecture, les enfants étant des grands adeptes de la répétition !

EDITEUR :
TRANCHE d´ÂGE :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *