Chronique : Seul contre Tous

seul contre tousBienvenue dans le monde de la « justice » ou plutôt cette fois-ci de l’Injustice, qui amena à condamner un innocent à vingt-deux années de prisons en brisant au passage la vie de tous ses proches… Ainsi commence l’horrible lutte juridique et parfois peu orthodoxe (mais a-t-il vraiment le choix) de Danny Cartwright, un homme comme tout le monde hormis le fait qu’il se soit retrouvé au mauvais endroit au mauvais moment et avec les mauvaises personnes…

Je dois avouer avoir été quelque peu sceptique car les thrillers ne sont pas vraiment mes lectures favorites mais j’ai bien vite changé d’avis quand je me suis rendue compte que j’en étais arrivée à plus d’une centaine de pages sans m’en rendre compte…

Eh oui, Jeffrey Archer a un réel don pour tenir son lecteur d’une poigne de fer (ou d’une plume ?), et plus on avance, plus le livre devient dur à poser ne serait-ce que pour un court moment. Tout est finement pensé, et même vous lecteur sûrement très rusé, vous ne pourrait qu’être surpris par ce roman riche en suspense jusqu’au bout, mais aussi bourré de culture et de références diverses très enrichissantes (eh oui, connaissiez-vous la renouée du Japon ?).

Pour conclure vous l’aurez compris, j’ai vraiment adoré ce pavé de presque 600 pages (tout de même)  qui se dévore. Voila une idée de policier/thriller pour ceux qui ne savaient pas quoi se mettre sous le dent pendant les vacances…

TRANCHE d´ÂGE :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *