Interview de Chris Bradford pour sa série Bodyguard

Bodyguard 1 - L'otageLa Bibliothèque de Glow : Comment l’idée originale de Bodyguard vous est-elle venue ?

Chris Bradford : « Le meilleur garde du corps, c’est celui que personne ne regarde » : c’est une phrase que j’ai entendu à la radio, et c’est elle qui m’a donné l’idée de la série. Donc, les ados peuvent être d’excellents gardes du corps. Et encore plus lorsqu’on est une fille ! Personne ne s’attend à ce qu’une adolescente soit garde du corps…

D’ailleurs, quand on est une femme garde du corps, on gagne beaucoup plus que les hommes. Certains se demanderont si les femmes sont assez fortes pour ce travail, et quand je visite les écoles, j’aime prouver aux élèves que c’est effectivement le cas.

Les techniques décrites à l’intérieur de mon roman existent et fonctionnent réellement. Quand j’ai fait des recherches pour mes livres, j’ai suivi un entraînement professionnel de garde du corps. En tant que garde du corps, il faut toujours avoir une conscience aiguë de son environnement. Mes personnages doivent ainsi savoir repérer des systèmes de surveillance cachés. (ndlr : L’auteur nous montre alors que depuis le début de l’interview il nous a filmés à notre insu grâce à une fausse cannette de Coca-Cola. L’œil de la caméra est minuscule !).

Chris BradfordLa Bibliothèque de Glow : Pouvez-vous nous parler des prochains titres de la série à paraître ?

Chris Bradford : Le second tome de la saga Bodyguard se nomme La rançon et sortira en septembre 2015 en France. En VO, c’est Penguin Books qui édite mes romans. Dans le deuxième titre de la série, vous pourrez découvrir de nouvelles techniques de combat.

Dans le troisième tome, qui s’intitule Embuscade (ndlr : titre provisoire) le sujet est la protection des enfants d’un ambassadeur français en Afrique.

Les histoires de Bodyguard sont tout à fait indépendantes, mais il y a tout de même une intrigue transversale. Les actions décrites sont plausibles, réalistes et j’ai fait le maximum de recherches possibles pour coller le mieux possible à la réalité. De même, mes personnages sont très travaillés, tout est fait pour les rendre vrais.

Bodyguard 1 voLa Bibliothèque de Glow : Comment avez-vous construit vos personnages ainsi que leur tempérament ?

Chris Bradford : Il faut savoir que je m’inspire beaucoup de personnes que je connais pour construire mes personnages. Ils ont tous leurs forces et leurs faiblesses, ils faut qu’ils soient très complets dans leur façon d’être afin d’être les plus vrais possibles.

Pour moi, le personnage de Charlie est une sorte de modèle. Il est mystérieux et on a très envie de découvrir son passé (ndlr : le personnage de Charlie est en chaise roulante). Vous aurez d’ailleurs toutes les réponses le concernant dans le quatrième tome.

Chaque tome de la série est centré sur un personnage et son passé en particulier. Le second tome est ainsi axé sur Lin, la jeune chinoise. De plus, vous en apprendrez plus sur l’organisation des Bodyguard ainsi que sur le Colonel… Car il ne faut pas oublier que recruter des enfants en tant que gardes du corps revêt un aspect immoral.

La Bibliothèque de Glow : Avez-vous déjà en tête l’intrigue générale des six tomes de la série ?

Chris Bradford : Quand je trouve une bonne idée, je l’exploite jusqu’au bout. Mais uniquement si cette dernière vaut le coup, il faut qu’elle soit excellente. Cependant, la fin ne sera peut-être pas exactement telle que je la prévois dans mes idées, mais y ressemblera fortement. C’est uniquement lorsque l’idée est bonne que j’ai une idée générale.

Enfin, il ne faut pas oublier que j’insère des éléments importants au fil des tomes, et que certains seront très important beaucoup plus tard… Je dois donc me rappeler absolument de tout ce que j’insère dans mon histoire. Si je donne un gadget à l’un de mes héros, il ne faut pas que j’oublie de l’en débarrasser si je veux rendre le tout intéressant.

Bodyguard 2 voLa Bibliothèque de Glow : Où se situe votre série dans le temps ?

Chris Bradford : Vous l’aurez constaté, le président américain est d’origine latino. On peut donc s’imaginer dans un futur très proche. J’ai avant tout fait ce choix car je ne souhaitais pas mettre la famille Obama dans mon histoire. Tout le monde se demande si le prochain Président des Etats8unis sera blanc ou noir, un homme ou une femme… j’ai donc choisi de prendre un président d’origine latino.

La série est très proche de notre présent, elle imagine ce qui pourrait potentiellement se passer. Mes idées concernent souvent un danger qui rôde, que l’on sent venir. Quand le livre paraît, il arrive que le danger soit déjà là, en l’occurrence avec les attaques terroristes qui viennent de survenir (ndlr : l’auteur fait référence aux attentats de Charlie Hebdo).

La Bibliothèque de Glow : Comment se déroule une journée-type pour vous ?

Chris Bradford : J’écris sur mon pc de façon quotidienne de Huit heures du matin à six heures du soir. Il faut absolument que j’aie terminé le chapitre avant la fin de la journée. La plupart du temps, pendant toutes ces heures de travail, je suis assis et je réfléchi et je me regarde le nombril, ce sont uniquement dans les deux dernières heures que j’écris.

Bodyguard 3 voLa Bibliothèque de Glow : Combien de temps avez-vous vous mis à écrire le premier tome de la série ?

Chris Bradford : J’ai eu l’idée il y a quatre ans. Il a tout d’abord fallu que je termine ma série Young Samuraï (Collection Baam). J’en ai profité pour faire beaucoup de recherches et puis j’ai fait ce stage de trois semaines de formation de garde du corps. Comme il s’agissait du premier roman de la série, il m’a fallu faire deux mois de recherches supplémentaires, un mois pour fixer l’idée générale de la série et puis six mois pour l’écrire.

En général, j’écris un livre par an, tout en faisant des tournées dans les classes, de la promo etc (Je passe 2/3 mois par an à faire des tournées).

La Bibliothèque de Glow : Pourquoi avoir voulu absolument obtenir ce diplôme de garde du corps ?

Chris Bradford : C’était important pour moi en tant qu’auteur. Quand je vais dans les écoles, que je parle et que je fais des lectures d’extraits, je veux que les enfants croient vraiment en moi. Je ne veux pas qu’ils pensent que l’ouvrage n’est pas réaliste, ou qu’ils croient que je ne sais pas de quoi je parle.

En dehors de cela, cette formation était tout simplement passionnante : elle a beau être courte (trois semaines), elle a fondamentalement changé ma façon de vivre. Par exemple, je ne me positionne plus de la même façon dans un restaurant ou une pièce, je réfléchi à l’endroit le moins dangereux où se placer. Je regarde de façon automatique où se trouvent les sorties, etc. Mais je ne suis pas paranoïaque, je sais aussi m’amuser !

La Bibliothèque de Glow : Avez-vous déjà d’autres projets en cours ?

Chris Bradford : Alors oui… et non. En fait, j’ai deux autres nouvelles idées, mais je dois avant toute chose terminer la saga Bodyguard. La première idée est celle d’un scénario. La seconde est un projet de trilogie dont l’idée de départ est venue grâce à un titre de livre écrit par quelqu’un d’autre.

Pour ma série Young Samouraï, elle a été directement inspirée de mon expérience. Je fais des arts martiaux depuis l’âge de huit ans et j’ai toujours rêvé d’être un samouraï ou un ninja.

La Bibliothèque de Glow : Avez-vous des projets d’adaptation au cinéma ou à la télévision pour Bodyguard ?

Chris Bradford : Effectivement, il y a un projet de série télévisée en cours de réflexion. Pour le moment, rien n’est encore concret, il faut donc croiser les doigts !

La Bibliothèque de Glow : Avez-vous un art martial de prédilection ?

Chris Bradford : Tout à fait, il ‘agit du Ninjutsu. Si vous êtes une femme, je vous conseille d’essayer le Jujitsu, vous pouvez retourner la force de l’ennemi contre lui-même. C’est ça qui est bien dans les arts-martiaux, c’est fait pour tout le monde et vous pouvez vous protéger et protéger les autres, comme un… garde du corps !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *