Chronique : Filles de lune – Tome 4 – Quête d’éternité

Filles de lune 04Encore plus passionnant !

Quatrième et avant-dernier opus de la saga de fantasy Filles de Lune, Quête d’éternité (éditions Pocket) nous plonge avec délices dans le monde riche de la canadienne Elisabeth Tremblay. Retour dans l’univers de Darius…

Encore plus de magie et d’intrigues entremêlées

Nous retrouvons Naïla, formée et véritable fille de lune aux pouvoirs très développés grâce au Talisman de Maxandre qu’elle a retrouvé dans le précédent tome. Malgré ses très nombreuses capacités magiques, Naïla va faire d’amères découvertes : en effet, les mythiques trônes de Darius et d’Ulphydius ont étés retrouvés… Et la personne qui les a mis à jour n’est autre que Saül, le mal à l’état pur, qui vient de s’approprier les pouvoirs d’un des plus grands sorciers maléfiques du monde de Darius.

Mais chacun veux sa part du gâteau du pouvoir, ainsi Alejandre lui aussi devient une réelle menace en voyant ses pouvoirs enfin se développer, sans compter sur sa terrible sorcière meurtrière, Mélijna.

Encore plus de révélations et de magie au programme, avec une intrigue à la hauteur d’une belle saga.

Immersif… de bout en bout

Meilleur que les précédents tomes, Quête d’éternité nous révèle enfin l’héroïne qu’est Naïla. Alors que les deux premiers opus étaient décevants au niveau de sa personnalité, elle prend enfin les choses en main sans être dépendante de tous les personnages qu’elle rencontre.

On appréciera également l’univers de la magie encore plus développé que précédemment mais parfaitement compréhensible car bien expliqué.

Pas de temps mort dans cet opus qui nous fait passer de Naïla à Alix en passant pat Mélijna ou encore Saül, tous les points de vue sont captivants.

Cependant, il y a toujours un bémol, qui n’évolue pas au fil des tomes ; il s’agit de l’écriture. Parfois simpliste, mal formulée (peu être est-ce dû à une formulation canadienne différente pour nous français) il est parfois déplaisant de tomber sur des phrases mal faites ou étrangement construites. On tombe aussi régulièrement sur des pléonasmes forts peu utiles rendant le texte un peu lourd.

Mais malgré cela, l’intrigue reste excellente et donne envie de se plonger dans la myriade de révélations qui s’offrent à nous.

En conclusion ce quatrième tome est une confirmation de la qualité certaine de la série, malgré le point noir qu’est l’écriture. Rendez-vous en septembre prochain pour la sortie de l’ultime tome de la saga en poche : L’héritier !

TRANCHE d´ÂGE :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

onze − 8 =