Chronique : Ohan

L’histoire tragique d’un homme dont l’indécision a dévoré la vie…

Considéré comme le chef d’œuvre absolu de l’auteure japonaise Uno Chiyo, Ohan est devenu un classique. L’ouvrage fait à peine 120 pages, mais elle a mis une dizaine d’années à l’écrire ! Chaque mot y est réfléchit, pensé, pesé.

L’un de ses ouvrages avait déjà été publié en France : Confession amoureuse, toujours disponible aux éditions Denoël.

Un homme qui navigue de plaisirs en plaisirs…

Le « héros » de cette histoire est un homme qui toujours est guidé par con plaisir et son insouciance. Partagé entre Ohan et Okayo, l’une étant sa femme, et l’autre sa maitresse, notre narrateur n’a jamais su se décider, ce qui l’oblige à se mettre dans des situations invivables.

Il laisse toujours la force des choses prendre les décisions à sa place… mais un jour, peut-être regrettera-t-il son éternel tiraillement…

Un roman diffus, qui nous fait découvrir le Japon des années vingt

Après lecture, je n’arrive pas à vous dire si j’ai aimé ou non Ohan. Je sais que le personnage principal m’a agacée au plus haut point par ses actes (ou plutôt son manque d’actes !). Il se moque de tout et de tous, n’a aucune idée des conséquences et reste le plus possible en retrait tout en ne pensant qu’à lui.

On se dit que la vie de cet homme ne sert à rien, qu’il est inutile à la société sinon rendre son entourage malheureux… et on ne sait pas à quel point !

La fin du roman est quant à elle mémorable, que l’on aime ou non l’histoire qui nous est contée. J’ai trouvé cela d’une tristesse infinie. J’aurais tellement voulu que le narrateur change sa façon d’être. Jusqu’au bout, on a envie de se persuader que le pire n’arrivera pas…

J’ai apprécié découvrir le Japon d’antan avec ses ruelles, ses petites maisons, ses commerces, ses filles de joies… L’ambiance retranscrite tout au long du roman nous plonge aisément dans l’époque.

……

En somme, Ohan est un roman atypique, très littéraire, et bien qu’il ait été écrit il y a soixante ans, son histoire reste tout aussi réaliste et poignante. Son rythme est assez lent, mais on lit avant tout cette histoire pour découvrir autrement le Japon et ses classiques.

Ohan fut pour moi une découverte littéraire intéressante mais pas décisive. Je ne suis pas certaine du ressenti que m’a laissé ce livre hormis un sentiment diffus de tristesse et d’agacement mêlés. Sa conclusion cependant reste absolument inoubliable : belle et triste, comme les japonais en ont le secret…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *