Chronique : King’s Game – Tome 1

King's Game 01Tout commence et finit par un sms…

 Paru en mai dernier dans la collection de romans des éditions Ki-oon, King’s Game est un thriller pour adolescents issu du japon. Il s’agit du premier roman de l’auteur Nobuaki Kanazawa, qui l’a écrit sur téléphone portable (c’est la grande mode au Japon, de nombreux succès littéraires ayant été écrit par ce procédé nommé le keitai shosetsu).

Suite à la parution de ce roman au Japon, c’est un véritable engouement qui s’est développé autour de l’œuvre, cette dernière comprenant 5 tomes au total. Le tout fut suivi d’une adaptation en manga, puis en film (sous le nom d’Ōsama Game). En manga, il existe une suite à la série sous le nom de King’s Game Extreme. Une préquelle a également été sortie au Japon, qui explique les origines du Jeu du roi…

C’est donc un univers riche et captivant qui vous attend si vous décidez de vous lancer dans cette nouvelle aventure littéraire ! Et à l’aube où des romans tels que Battle Royal, Hunger Games, L’élite ou encore L’épreuve rencontrent un franc succès, il est clair que cette nouvelle série a toute sa place.

« Toute votre classe participe à un jeu du roi. Les ordres du roi sont absolus et doivent être exécutés sous 24 heures »

Voilà comment l’ambiance est donnée dès le début du roman : la classe de Nobuaki Kanazawa (le roman est écrit à travers son point de vue, et c’est également le nom de l’auteur !) est choisie pour participer à un jeu du roi. Les règles sont cruellement simples, de même que les punitions si les élèves ne jouent pas le jeu. Tous les élèves reçoivent un sms les notifiant chaque jour d’un nouveau défi à relever, cela peut concerner toute la classe d’un coup, ou seulement un ou deux élèves. Quand le jeu du roi commence, les élèves sont au nombre de 32, mais cette donnée va vite être revue à la baisse…

Tout commence avec un défi simple : deux élèves de la classe doivent s’embrasser, s’ils ne le font pas, ils aurons un gage (dont on ignore encore la teneur), puis le second défi demande à ce qu’un élève lèche les pieds d’une autre. Jusque là, il n’y a pas mort d’homme, même si les requêtes du roi sont de plus en plus sordides. Mais quand le quatrième ordre arrive sur les téléphones portables, l’amusement malsain de certains se transforme en terreur pour tous…

King's Game 01 mangaUne suite d’actions captivantes, mais pas toujours très crédibles ou expliquées

Il faut bien le reconnaître, King’s Game est de ces romans qui sait nous happer du début à la fin. Cependant, tout n’est pas clairement expliqué quant au contexte, le tout donnant lieu à des situations peu crédibles. De même, aucune explication ou début d’explication n’est donné quant à la façon dont le roi s’y prend pour exécuter ses ordres.

Par exemple, à un certain moment dans le livre, un des camarades de classe de Nobuaki décède alors qu’ils ont passé la soirée ensemble. La police est évidemment appelée, une mort par strangulation ne laissant personne indifférent. Mais ce qui est gênant, c’est que Nobuaki réussi malgré tout à aller tranquillement en classe sans rater un seul cours le matin, alors qu’il a dormi dans la même pièce que son camarade mort… un peu léger.

De même, aucun éclaircissement n’est donnée sur le roi lui-même et sa façon d’en savoir autant sur chacun des membres de la classe. C’est dommage que l’intégrité de l’intrigue n’ait pas été plus creusée, cela nous empêchant en tant que lecteur de tenter de deviner qui est le roi de ce terrible « jeu ».

 …..

Le roman est donc un bon récit à suspense, mais ne laissant guère de moyens au lecteur d’enquêter lui-même sur l’affaire de cette classe nippone qui se fait décimer au fil des défis de plus en plus fous du roi…

Cependant, malgré ce manque de cohérence tout le long du récit, on ne peut s’empêcher de dévorer les pages et de vouloir arriver le plus vite possible à la conclusion. Et étant donné la fin de ce premier tome, il nous reste une foule de choses à apprendre sur le terrible jeu du roi et ses origines. Espérons donc que la suite saura répondre aux nombreuses questions soulevées par cette ouverture ! A lire dès 15 ans.

Si vous avez aimé, alors essayez :

Dualed 01

Une réflexion au sujet de « Chronique : King’s Game – Tome 1 »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *