Chronique : Intemporia – Tome 1 – Le sceau de la reine

Intemporia 01Une nouvelle trilogie de fantasy française arrive… !

Intemporia est non seulement le premier tome d’un nouveau cycle de fantasy, mais également le titre qui lancé la toute nouvelle collection Epik, dédiée aux littératures de l’imaginaire aux éditions du Rouergue.

L’auteure est Claire-Lise Marguier, une plume déjà éditée chez le Rouergue pour des romans de type réaliste avec Le faire ou mourir ou encore Les noces clandestines. Elle signe avec Intemporia son premier roman dans le genre de l’imaginaire, et plus spécifiquement dans celui de la fantasy (voire la dark fantasy).

Une contrée protégée de tout facteur nuisible

Quand débute le récit, nous suivons le quotidien du jeune Yoran, un jeune homme aussi insouciant qu’amoureux qui vit dans La Plaine. Yoran va au cours de sa jeunesse tomber doucement amoureux de la douce et vive d’esprit Loda. Tout va donc pour le mieux dans le meilleur des mondes : la Plaine est un endroit paisible, il y fait toujours beau, les récoltes sont toujours fastes… c’est le lieu parfait.

Mais en quelques jours, la Plaine va devenir cauchemardesque : une épidémie de fièvre s’étend peu à peu dans le village de Yoran et tue ceux qui la contractent. Et quand c’est autour de Loda d’attraper cette fièvre, Yoran devient prêt à tout pour la sauver, y compris à partir au-delà du monde connu, que personne n’a jamais franchi… Là où vit la terrible Reine Yélana, et où semble se trouver la solution à cette terrible hécatombe.

C’est ainsi que l’on découvre que Yoran fait partie des privilégiés, la Plaine semblant être protégée de tous les maux qui touchent les autres : famine, meurtres, pillages… Son innocence va rapidement voler en éclat face à la découverte du « vrai » monde.

Un premier roman de fantasy classique, mais plein de bonnes idées

Bien que ce roman ne renouvelle pas le genre, et ne s’en cache pas, Intemporia recèle de très bonnes idées. Pour ceux qui en auraient assez de deviner facilement la tournure que va prendre une intrigue ou qui pensent deviner aisément la psychologie d’un personnage, ce roman pourrait vous surprendre.

Ici, c’est dès le début du roman que l’atmosphère est sombre. Alors qu’habituellement une intrigue se base sur une lutte bien/mal dont l’enjeu est souvent la domination d’un royaume, ici le mal a déjà gagné. Vous assistez à la déchéance d’un royaume qui est sous le joug d’une main de fer depuis plusieurs dizaines d’années.

Les enjeux du roman sont rapidement clairs et on ne se perd pas en termes magiques compliqués. De même, les personnages sont assez peu nombreux et sont reconnaissables immédiatement. On appréciera tout particulièrement le personnage ambivalent et imprévisible de la Reine, très sombre, il n’est toutefois pas difficile de s’attacher à elle. D’autres personnages sont quant à eux trop stéréotypés à mon goût, je pense notamment à Tadeck qui incarne un peu trop bien l’homme bon et torturé par les erreurs des autres plus que les siennes propres.

Malgré quelques passages un peu plats, le roman sait relativement tenir son lecteur, pour peu qu’il ne soit pas habitué à lire de la fantasy. L’histoire à beau avoir un fil conducteur assez facile à anticiper, il y a une foule de petits facteurs qui font qu’elle ne sera pas si cousue de fil blanc que cela…

 …..

Un roman introductif sympathique donc, mais qui n’a pas encore montré toute son ampleur. Espérons que le second tome (à paraître début 2015) saura plus nous surprendre. Quoi qu’il en soit, les idées et la créativité sont bien là. L’idée de la Plaine et de ses propriétés magiques notamment, est excellente.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *