Chronique fantasy : Le sang et l’or – Tomes 1 & 2

Une saga de fantasy aux élans prometteurs qui ne transforme jamais l’essai

Kim Wilkins est est autrice australienne, elle écrit dans le genre fantasy et horreur. En France, elle a sorti un roman d’épouvante Le Grimoire, chez Pocket. Sa série Le sang et l’Or a commencé à être publiée chez Bragelonne en 2016. Le tome 1 s’intitule Les filles de l’Orage et le second Les soeurs du Feu.

Un royaume menacé

Le roi du Thyrsland a été touché par un maléfice, depuis, il est devenu totalement fou et incapable de régner. Le secret doit bien entendu être gardé à tout prix, c’est ainsi que ses cinq filles entrent en scène. Chacune a une personnalité bien campée et très différente des autres. C’est avant tout la terrible Bluebell, héritière désignée si le roi disparaît, guerrière de renom, qui est la personnalité la plus mise en avant dans ce premier tome. Mais ses autres soeurs ne sont pas en reste et vout tout faire, à leur façon, pour ne pas que le royaume de plonge à sa perte…

Une suite de stéréotypes et de faits improbables

J’ai eu beaucoup de mal à lire ce premier tome de la saga Le sang et l’Or intitulé Les filles de l’orage. En effet, beaucoup d’éléments m’ont déplu dans ce roman, en particulier les personnages. Chacune des sœurs incarne un archétype précis : il y a la guerrière, la religieuse, la magicienne, la frivole… et c’est assez vite agaçant pour ne pas dire fatiguant.

Bluebell la guerrière fait tout pour refléter une image masculine et forte, quitte à en oublier qu’elle reste une femme. Mais je crois que les pires personnages sont pour moi Rose, qui ne pense qu’à retrouver son amant, quitte à faire entrer en guerre deux royaumes à cause de son adultère… Ou encore Ivy, pire encore que Rose, si cela est possible, et qui ne semble penser qu’à séduire tous les hommes qui l’entourent pour se rassurer. C’est mauvais, rempli de stéréotypes, et les interactions entre les personnages restent extrêmement pauvres.

Qu’en est-il de l’univers ? Est-il bien construit ? Et bien là aussi, tout laisse à désirer et vous laissera sur votre faim. Il y a bien des tentatives de développement de la part de l’autrice au niveau de la religion et de la magie, mais pas assez. On a aucune idée de comment sont les contrées que les cinq sœurs traversent, de même pour l’architecture des châteaux et empires. La religion trimartyr est quelque peu expliquée mais pas assez pour créer un monde aux caractéristiques uniques.

De même, il aurait été utile d’avoir une carte de l’univers. Il y a beaucoup de lieux important, les sœurs voyageant un peu partout dans le royaume et au-delà… Ne pas avoir de carte est assez surréaliste avec une intrigue aussi étalée géographiquement.

De plus, tout est transposable, rien ne reste, si ce n’est la bêtise crasse de certains personnages.
Les réactions de certaines des sœurs sont tellement inexplicables et peu logiques qu’elles en deviennent extrêmement agaçantes.

En somme, je n’ai même pas peu apprécié ma lecture, je l’ai vraiment abhorrée. Le manque de crédibilité des personnages, l’intrigue très succincte pour faire tenir une lecture de presque cinq cent pages, les longueurs et le langage parfois ordurier inutilement m’ont totalement refroidie. J’avais d’ailleurs les deux premier tomes chez moi, je ne lirais jamais le second, ils vont tous les deux finir dans une boîte à livre.

L’éditeur n’a d’ailleurs pas dû rencontrer le succès escompté, puisqu’il n’a pas jugé bon de sortir le troisième et dernier tome de la série. Cqfd.