Chronique : En attendant la neige

Un roman aux allures de polar psychologique qui joue sur les troubles de la mémoire de sa narratrice. Elle part s’isoler dans les montagnes pour se ressourcer, mais peut-être n’est-ce pas une bonne idée…

Nouveau roman de Christine Desrousseaux (elle avait déjà écrit Mer agitée chez Kero), En attendant la neige est paru début janvier 2019 chez Calmann-Levy, lors de la fameuse Rentrée littéraire d’hiver.

Un accident comme centre névralgique

Vera a eu un très grave accident de voiture. Sa sœur a été légèrement blessée, et sa mère est morte sur le coup, et comme c’est elle qui conduisait, un immense sentiment de culpabilité la dévore, jour après jour. Rien ne l’aide à aller mieux, et le temps qui passe exacerbe ses pensées morbides. Elle n’arrête pas de se refaire le film de ce départ en voiture en modifiant le scénario… Car Vera a perdu toute mémoire concernant l’accident et a même des absences qui durent de quelques secondes à une minute. Depuis, elle est surprotégée par sa sœur qui ne la lâche pas pour savoir à tout instant si elle va bien.

C’est ainsi que Vera décide de partir s’isoler un peu, de se ressourcer, et qui sait, de retrouver la mémoire ?

Une lecture fluide, mais peu mémorable

Il est vrai que d’entrée de jeu, on a envie de savoir ce qu’il va se passer pour Vera. On sent qu’il y a un problème, mais tout comme elle, on n’arrive pas à mettre le doigt dessus. Son isolement dans la montagne est le bienvenu, quand on voit à quel point sa sœur l’infantilise depuis l’accident. C’est ainsi que presque toute l’intrigue se déroule dans les montagnes du Jura… et c’est assez plaisant et reposant ! Du moins, au début.

Peu à peu, les choses se corsent pour Véra. Une altercation avec des chasseurs qui va la terrifier, sa rencontre avec son mystérieux et séduisant voisin à la recherche de sa sœur disparue… et surtout, la remontée de ses propres souvenirs.

Le cadre et l’ambiance générale ont beaux être séduisants, c’est un peu trop cousu de fil blanc pour captiver/surprendre réellement. De plus, j’avoue avoir eu du mal avec la – seule – scène d’amour du roman, qui m’a fait rire, alors que c’est un moment sensé être sensible et intime. C’était un peu trop, justement. Ou alors, est-ce la narratrice elle-même qui m’a quelque peu agacée ? Difficile à dire. A la fois indépendante et terriblement fragile et têtue, ce mélange la rend plus insupportable que touchante. J’ai vraiment eu du mal à m’attacher à elle et à son histoire, car elle prend parfois des décisions assez stupides ou illogiques, donc peu crédibles. 

Cependant, j’ai été malgré tout plus convaincue par la fin et ses révélations. Pas entièrement, mais on trouve un rythme où les personnages et l’intrigue concordent enfin pour donner quelque chose d’intéressant. Dommage, car… c’est déjà fini. J’aurais aimé en savoir un peu plus sur les réactions des autres personnages une fois les révélations faites. Ici, la fin est peu trop ouverte pour qu’on puisse vraiment l’apprécier.

Entre le roman et le polar psychologique, En attendant la neige est un texte qui pourra plaire aux lecteurs férus d’intrigues qui vont vite et se lisent très rapidement. Cependant, aussitôt lu, aussitôt oublié, ou presque…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

1 × 5 =