Chronique : Divergente – Tome 3

Divergent 3Ultime tome d’une saga dystopique d’envergure… Sa conclusion est-elle à la hauteur ?

Veronica Roth est une jeune auteur de nationalité américaine, elle vient de la banlieue de Chicago. Elle fut révélée par la saga Divergente, traduite dans un très grand nombre de pays et adapté au cinéma (dont les deux derniers volets arrivent en 2016). Pour le moment, il s’agit de sa seule œuvre publiée, mais elle a également écrit nombre de nouvelles se déroulant dans le monde de Divergente.

Au-delà du mur de la ville…

Après deux tomes entiers se déroulant dans un Chicago du futur, les choses sont en passe de changer. Alors que la ville est tombée d’une dictature à une autre, Tris et Tobias projettent de quitter Chicago et découvrir ce qu’il y a au-delà… Peut-être trouverons-t-il des réponses et des solutions à la crise sans précédents que connaît actuellement leur cité. En tout cas, les réponses qui les attendent dehors sont très différentes de ce qu’ils auraient voulu entendre…

Un final moins grandiose qu’espéré

Le premier tome de Divergent était une véritable claque tant il recelait de créativité et de bonnes idées. Le second était tout aussi efficace mais légèrement moins innovant. Et ce troisième opus reprend les mêmes ressorts, mais à une nouvelle échelle…

Comme d’habitude, Veronica Roth soigne ses personnages et leur psychologie. Elle les développe, leur donne plus de dimension, notamment en ce qui concerne Tobias ! Nous découvrons enfin la psychologie de ce personnage si emblématique de la trilogie. Nous qui le voyions si mystérieux et inaccessible, découvrir ses pensées vous permettra de découvrir un personnage au final très humain, avec ses nombreuses faiblesses et paradoxes. Ainsi, nous alternons entre la narration de Tris ou de Tobias en fonction des événements.

Autre personnage intéressant et plus développé : le frère de Tris, Caleb. Sa trahison auprès de Tris le rend détestable… et pourtant…

J’avoue que je m’attendais à beaucoup plus de révélations concernant cet ultime tome. De même que je pensais que le degré d’action de l’intrigue serait beaucoup plus large alors, qu’en réalité, nous restons dans une zone très proche de Chicago.

Nous découvrons l’existence d’une étrange frontière nommée la Marge, dont on apprend au final peu de choses… De même, on apprend qu’il y a d’autres villes/pays/gouvernements… à propos desquels nous n’auront aucun éclairage. Dommage.

 ….

Divergent 3 VOVeronica Roth a-t-elle voulu jouer la sécurité en restant dans un univers connu ? C’est possible. Elle nous fait découvrir quelques nouveaux pans de son univers, mais les surprises sont beaucoup plus rares que dans les deux précédents tomes. La fin du second tome nous laissait tellement d’ouvertures qu’il est possible que j’ai eu trop d’attentes sur cet ultime tome.

Divergent restera toutefois une très bonne dystopie et est déjà un classique. C’est le type d’ouvrage qui donne très envie d’en découvrir d’autres dans le même genre littéraire… ce n’est pas pour rien que les dystopies on le vent en poupe depuis quelque temps ! (Hunger Games, Le Labyrinthe, Legend, L’élite, La Sélection, Les Fragmentés… vous avez l’embarras du choix !).

Une réflexion au sujet de « Chronique : Divergente – Tome 3 »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *