Chronique : Ceux qui savent

Un roman d’anticipation proche… très proche qui donne matière à réflexion sur le thème fascinant (et effrayant) de la génétique !

Ceux qui savent, c’est le tout premier roman de Julien Messemackers, tout juste paru aux éditions Anne Carrière au début du mois de juin. Son nom ne vous dit peut-être rien, mais c’est lui qui a fortement contribué à la création d’une série télévisée que nous sommes nombreux à apprécier : Dix pour cent.

Avec Ceux qui savent cependant, nous sommes loin du monde de la série, et pour cause : nous plongeons dans un thriller mêlant action, suspense et manipulation… dans tous les sens du terme.

Une histoire de famille difficile… et un espoir

Alexandre est le père d’Hélène, sa fille chérie, la prunelle de ses yeux. Mais l’adolescente a une maladie orpheline depuis sa plus tendre enfance, son espérance de vie en sera très écourtée selon les médecins… Mais là où des dizaines de médecins experts n’ont rien à proposer Hélène et à son père, le mystérieux généticien Frederick Stern se propose comme sa dernière chance…

Cette opération de la dernière chance proposée par Stern est-il le signe du changement pour Hélène et Alexandre ? Oui, mais pas nécessairement en bien…

Un thriller qui nous mène de Charybde en Scylla

Au début du roman, on sent bien que quelque chose cloche avec ce fameux généticien qu’est Stern. Mais on ne se doute pas des secrets imbriqués les uns dans les autres ni des surprises qui nous attendent. Quand on pense pouvoir souffler quelques minutes avec les héros adolescents de cette histoire, l’auteur lui ne nous laisse aucun répit dans ce roman aux allures de course-poursuite.

Ainsi, rien ne nous est épargné, et même à la fin, là où vous pensez en avoir fini, une nouvelle révélation vous tombe littéralement dessus… et cela jusqu’à l’ultime page, l’ultime phrase ! La conclusion de ce roman est d’ailleurs aussi géniale que dérangeante… libre à vous de réfléchir à ses très nombreuses (et inquiétantes conséquences). Mais ça donne de quoi cogiter !

En ce qui concerne l’intrigue pure, Ceux qui savent est un excellent roman dans son genre. Nous sommes dans de l’anticipation proche, si proche de notre présent que l’on est en droit de se demander si ça n’a pas déjà lieu dans le plus grand secret… Et la partie thriller est elle aussi indéniable et fonctionne parfaitement puisqu’à aucun moment on ne peut lâcher le roman ou presque (à part quelques petites longueurs dans le passif de certains personnages).

De plus, on appréciera le mélange entre l’univers de la génétique et du hacking. La partie qui m’a le plus fascinée, c’est bien entendu celle concernant la génétique. Julien Messemackers a fait beaucoup de recherches pour camper au mieux le personnage inquiétant et retors de Frederick Stern, et ça fonctionne. A tel point que l’on aurait adoré en savoir plus ! Mais que ceux qui aimeront Ceux qui savent se rassurent : la fin du roman est telle que l’on pourrait bien imaginer une suite… retentissante.

…..

Ainsi, Ceux qui savent est un très bon premier roman qui pourrai plaire aussi bien aux ados dès l’âge de 15/16 ans qu’aux adultes (la cible principale). Riche en adrénaline, sans temps mort, rarement drôle mais toujours sur le fil. Son héroïne, Hélène, y est aussi attachante que vulnérable mais aussi terriblement combative. Difficile d’en dire plus… mais il y a tellement de révélations qu’il serait dommage de les éventer. Alors, si vous aimez les histoires dont vous ne saurez anticiper le déroulement et l’issue, c’est le roman parfait !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *