Chronique : Agatha Raisin – Tome 1 – La quiche fatale

Le premier tome d’une série soooo British et craquante !

La quiche fatale est l’étrange titre du premier tome de la saga anglaise Agatha Raisin. Le premier d’une très longue série ! En France, nous avons pour le moment six tomes de parus chez Albin Michel, mais en VO, il y en a bien plus.

Pour les futurs moments de détente et de rires, vous pouvez ainsi remercier M.C. Beaton, l’auteure et créatrice de cette saga à l’héroïne curieuse et gaffeuse. Impossible de ne pas tomber sous le charme d’Agatha Raisin… je vais vous dire pourquoi !

Un besoin de calme et campagne après une vie active éreintante

C’est décidé pour Agatha Raisin : elle quitte Londres pour la campagne anglaise. Adieu l’agence de presse très cotée qu’elle a créé, les rendez-vous en chaîne, les coups de fils incessants, les dîners professionnels… Non, maintenant, c’est une vie calme et tranquille qui attend Agatha Raisin. C’est ainsi qu’elle prend une retraite anticipée et se trouve un adorable petit cottage dans un village reculé du pays, dans les Cotswolds.

Parfait… pour mourir d’ennui ! Ou mourir tout court… Comme va très vite le constater Agatha Raisin.

En effet, l’événement du village qu’est le concours de quiches va être le théâtre d’un drame. La quiche d’Agatha Raisin va tuer l’un de ses voisins ! Mais ce n’est pas elle qui a fait cela… mais alors qui donc a empoisonné la quiche de notre héroïne cinquantenaire ?

Elle qui a déjà du mal à s’intégrer au village à cause de son mode de vie trop citadin et son franc-parler, son meurtre par quiche interposée va rendre l’ambiance glaciale…

Fun, déjanté, improbable… et tellement génial !

Entre Agatha Raisin et moi, ce fut un coup de foudre immédiat. Premièrement, pour les couvertures à la fois drôles et décalées. Deuxièmement à cause du ton léger et drôle du roman… On se plonge avec délices dans l’ambiance d’une petite ville du fin fond de l’Angleterre. Merveilleux.

Dans ce premier tome, on fait la connaissance de la plupart des personnages qui seront récurrents par la suite : le couple de vieux insupportable qui n’a rien et qui veux tout (et qui fait aussi office de commère), la voisine acariâtre, l’homme à femmes, la riche propriétaire, la femme du pasteur, le policier… etc.

Tous ont leurs petits travers, défauts agaçants ou autre… mais Agatha est la pire de tous ! Commère, curieuse, insupportable par moments, exigeante… elle a tous les défauts et plus encore. Et je crois que c’est pour ça que je l’aime. Elle est juste normale, drôle, et surtout elle ose.

Elle veut absolument savoir comment sa quiche a pu tuer l’un de ses voisins, mais ce qu’elle ne sait pas, c’est que ce n’est que sa première enquête ! En effet, elle est si curieuse que même quand ça ne la concerne pas, elle s’en mêle, parfois plus que la police…

D’ailleurs, en parler des forces de l’ordre, vous découvrirez le charmant Bill Wong, un personnage que j’ai trouvé très attachant. Il a un petit quelque chose qui donne envie de tout avouer (même si vous n’avez rien fait !).

……

Alors, ce premier tome est-il un coup de cœur ? Oui ! J’ai adoré les frasques/bêtises/répliques d’Agatha. Cette femme a beau avoir la cinquantaine passée, elle est plus jeune dans sa tête que beaucoup de « jeune ». Elle s’autorise tout, est créative, drôle… on ne peut que tomber sous son charme étrange et pimpant.

Est-ce que j’y retournerais ? Oui, d’autant qu’il y a déjà six tomes de la série parus en France chez Albin Michel et que ça n’est pas près de s’arrêter vu le succès…

PS : Agatha Raisin a été adapté en série télévisée en Angleterre. En France, c’est France 3 qui a diffusé les épisodes. J’ai trouvé que c’était une excellente adaptation des ouvrages de M.C. Beaton. Les scénarios diffèrent légèrement sur le développement des personnages, mais l’ambiance est bien retranscrite, c’est à découvrir.

AUTEUR :
EDITEUR :
TRANCHE d´ÂGE :

Une réflexion au sujet de « Chronique : Agatha Raisin – Tome 1 – La quiche fatale »

  1. shao69

    Merci pour ce retour, j’ai déjà lu les 3 premiers tomes et c’est un plaisir à chaque fois. L’auteur a écrit plus d’une vingtaine de romans, on a de quoi voir venir. Le style est léger et plein d’humour.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *