Chronique : Vampire Academy – Tome 4 – Promesse de sang

Vampire Academy 04

Une intrigue qui se poursuit hors des murs de l’Académie… aux sources même de l’amour qui a uni Rose et Dimitri

Rien ne va plus dans le monde des dhampirs, l’Académie vient d’être attaquée par un très grand nombre de strigoïs organisés et se remet à grand peine de ses pertes.
Élèves, professeurs, gardiens, personne n’a été épargné… et parmi toutes ces pertes, Rose a subit l’une des plus terribles : Dimitri a disparu suite à l’attaque, emmené par des strigoïs.
Rose ne peut permettre la transformation de Dimitri en strigoï et doit tenir la promesse qu’ils s’étaient faite il y a longtemps : tuer l’autre s’il est transformé.
Ainsi, Rose abandonne Lissa et son devoir de gardienne pour traquer Dimitri à travers la Russie mystérieuse et hostile…

La vie de paria, mode d’emploi

Rose n’étant pas gardienne, son arrivée en Russie et sa recherche de dhampirs et de moroïs ne se fait pas sans heurts. En effet, malgré ses connaissances acquises par ses précédentes expériences elle ne connaît pas les cercles de vampires russes.
Après plusieurs échecs, Rose va tout de même trouver dénicher quelques lieux de réunion réservé aux initiés… et découvrir des alchimistes.
Mais qui sont-ils ? Les alchimistes sont des humains qui cachent l’existence des vampires aux autres humains. En échange, on leur insuffle un peu des pouvoirs et de la robustesse des vampires, mais ce métier n’est pas toujours un choix…

Pour Rose, il devient très difficile de trouver des traces de Dimitri, la barrière de la langue s’ajoutant à celle déjà bien gênante de son manque de diplomatie légendaire.
Mais c’est sans compter sur une mystérieuse organisation qui semble vouloir l’aider dans sa démarche, ou du moins ne pas l’entraver.
C’est ainsi que Rose, qui s’était préparée à tout va être déstabilisée par la rencontre d’une famille pas comme les autres qui va aller jusqu’à lui faire changer son point de vue sur les femmes dhampirs qui ne sont pas gardiennes.

Un changement d’ambiance nécessaire et bienvenu

Richelle Mead l’a bien compris, si elle veut continuer à captiver son lectorat, il lui fallait sortit de l’Académie et emmener au moins l’un de ses personnages dans un lieu nouveau.
La Russie, pays d’origine de Dimitri, nous offre un beau panorama d’un pays rarement exploité en littérature ado (on retrouve quasiment tout le temps les Etats-Unis, et très peu d’autres pays sont utilisés comme bases d’intrigues…).
Mais bien loin de quitter Lissa, le lien de Rose est toujours présent et nous permet de voir épisodiquement ce qu’il se passe à l’Académie. Cette exploitation des pouvoirs du baiser de l’ombre est encore une fois très intelligemment menée.

La seconde partie du roman est beaucoup plus lente, parfois trop, même si c’est une volonté de la part de l’auteur. On se laisse entraîner sans grand enthousiasme par certains moments, un peu à l’image de Rose, qui subit. Cela est bien entendu dû à son manque de combativité… mais je n’en dis pas plus, car même si l’on peut se douter de certains événements du livre, il est toujours plaisant de les « découvrir » par soi-même à la lecture.
Dans ce quatrième tome, vous aurez tout de même encore un bon nombre de révélations aussi bien sur les pouvoirs potentiels de l’esprit que sur Rose elle-même.

En bref, c’est encore un tome efficace en entraînant auquel nous avons affaire. La qualité de la série ne baisse pas et nous plonge encore une fois avec force dans les aventures folles et débridées de Rose Hathaway, une future combattante de légende.

7.5/10

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

2 × cinq =