Chronique : Sweeney Todd

Le récit contant les méfaits du sanglant et célèbre barbier de Fleet Street

Premier roman des toutes nouvelles éditions Callidor, Sweeney Todd paraît pour la première fois intégralement en français, avec une traduction signée Thomas Garel.

D’abord publié en roman feuilleton dès 1846, Sweeney Todd ou Le Collier de perles, connut un succès immédiat. L’œuvre parut ensuite sous le format d’un livre en 1850. Beaucoup d’éléments demeurent dans l’ombre quant à la paternité de l’œuvre, il se pourrait même que le roman soit le fruit d’une pluri-écriture, mais James Malcom Rymer en aurait écrit la plus grande partie.

Le succès fut tel qu’une pièce de théâtre vit le jour en 1847 alors qu’on ne connaissait pas encore le dénouement de l’œuvre de Rymer. De nouvelles versions théâtrales en découlèrent, une en 1865, une autre en 1870, puis au XXème siècle où le barbier de Fleet Street continue à rencontrer un très large public. Il fut même adapté au cinéma par Tim Burton en 2007 sous forme de comédie musicale, Johnny Deep prêtant ses traits au barbier à la macabre histoire, bien qu’un peu remaniée par le réalisateur.

Enfin, sachez que Sweeney Todd est un personnage fictif bien qu’il semblerait que plusieurs faits similaires aient eu lieu, notamment à Londres et à Paris, mais rien ne permet de le prouver…

Un barbier qui tue ses clients

Sweeney Todd est un homme qui n’a rien pour lui, voix peu plaisante, physique ingrat et personnalité évoquant plus la peur que la sympathie… tout ce qui l’intéresse, c’est d’amasser le plus de pécule possible afin de partir paisiblement en retraite et pour cela, il assassine dans son salon les clients paraissant riches, étrangers, sans aucune personne qui ne se souciera de leur disparition.
Mais Todd va perdre sa prudence le jour où il se débarrasse d’un homme possédant un collier de perles très rares sur lui, et dont la disparition ne laisse pas indifférents de nombreux individus : l’affaire du Collier de Perle commence…

Un des premiers romans policiers écrit à l’époque

Sweeney Todd est un des premiers roman à suspense de l’époque, il réunit tous les éléments qui font les polars d’aujourd’hui : un mystère quant à l’exécution des crimes, la suspicion autour d’un personnage sans preuves tangibles pour l’incriminer, du suspense, beaucoup d’éléments novateurs pour l’époque.

Au niveau de la traduction et de l’écriture, les éditions Callidor ont fait un très bon travail. Très bien écrit, avec un vocabulaire et un langage soutenu fidèle à l’époque, on ne peut que s’immerger dans le Londres du XIXe siècle avec ses rues pavées.

De plus, la maquette et la finition du livre sont également réussies, une belle surprise pour un petit éditeur tout nouveau sur la scène littéraire, et sur lequel il faudra désormais compter.

Pour conclure, Sweeney Todd est une œuvre qui fait partie des classiques de la littérature anglaise et qui mérite tout à fait sa place dans les incontournables du genre policier. Des personnages charismatiques et attachants (même notre assassin parvient à soutirer au lecteur un sentiment proche de l’attachement) finissent de séduire le lecteur par leur réalisme. Bien loin de l’œuvre cinématographique de Tim Burton, cet ouvrage est l’occasion de renouer avec une des plus grandes légendes littéraires de l’époque.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *