Chronique : Pure – tome 1

PureSous le dôme ou à l’extérieur… le monde de l’autre n’est enviable que jusqu’à un certain point…

Julianna Baggott est une auteure américaine qui a déjà été traduite en France pour un tout autre registre que l’imaginaire, celui de la littérature : Comme elle respire (Flammarion, 2001) et Miss Amérique ne pleure jamais (Flammarion, 2003). Son dernier roman en date, Pure, vient de paraître en France en octobre dernier aux éditions J’ai Lu.

Professeur agrégé de création littéraire, ses écrits ont très vite étés repérés par un prestigieux agent littéraire de New York. Depuis, elle est l’auteur de nombreux très nombreux ouvrages.

Dans Pure, ayez le cœur bien accroché (sans mauvais jeu de mots), car la vie telle que vous la connaissez est révolue depuis que les Détonations ont fait leur office… laissant des survivants aux difformités atroces, parfois peu viables. Et juste à côté de ce théâtre des horreurs se tient le dôme, beau, parfait, pur, les gens qui vivent en dessous sont protégés et vivent le plus normalement du monde… mais jusqu’à quand un tel paradoxe pourra-t-il durer ?

 Deux mondes opposés, de nombreux héros

Tout commence avec Pressia, une jeune fille ayant connu les Détonations dans son enfance. Personne ne sait pourquoi elles ont eu lieu, elles sont arrivées, c’est tout. Et comme tous les gens ayant survécu aux Détonations, Pressia ne s’en est pas tirée indemne. En effet, une partie de son corps a fusionné avec un objet duquel elle était proche au moment des explosions.

Pour Pressia, c’est son bras qui a fusionné avec la poupée qu’elle tenait. Mais pour d’autres, cela peut-être une fusion avec des écouteurs, des outils, et même d’autres êtres humains ou animaux.

C’est également dans le monde extérieur que vit El Capitan, un des individus les plus importants de l’organisation qui est censée contrôler les habitants vivants en dehors du dôme : l’ORS. Cette organisation militaire recrute de force tous les ados ayant plus de seize ans pour en faire des soldats… ou des proies.

Face à ce monde implacable à la limite de l’inhumain se trouve le dôme, dans sa plus parfaite et terrible perfection. Mais la vie n’y est pas nécessairement plus tendre… Partrige y vit depuis les Détonations et se retrouve sous la pression d’une société où la réussite prime sur l’individu et son libre-arbitre. Cette situation l’étouffe, et il n’a qu’une seule envie : quitter le dôme pour découvrir le reste du monde… mais il ne se doute pas des horreurs qui l’y attendent…

Un roman révolté… pour éveiller les consciences ?

Par son écriture et son univers, Julianna Baggott nous fait le portrait à l’acide d’une société future très sombre. Scepticisme de l’auteure ? Ou création d’un univers sinistre pour soulever des interrogations sur notre société actuelle ?

En effet, la dystopie a très souvent pour but de nous montrer les travers d’une société soi-disant parfaite qui devient l’antithèse de ce pour quoi elle a été créée (Hunger Games, Nox, Divergent, Never Sky, etc…).

Dans le cas de Pure, le cas est poussé à l’extrême de l’horreur : on devient les otages d’une fascination morbide en découvrant les conséquences des Détonations. Sous le dôme, ce sont les manipulations génétiques qui sont chose courante, parfois jusqu’à l’extrême en modifiant le comportement de ceux qui en « bénéficient ».

La trame de l’histoire est agréable mais tombe dans de nombreux écueils : intrigue ayant un fort sentiment de déjà-vu malgré quelques concepts originaux, personnages assez basiques… Pure est un premier tome intéressant, qui donne clairement envie de connaître la suite, mais auquel il manque quelque chose pour le rendre vraiment mémorable.

Alors Pure est-il un rendez-vous manqué ? Certes non, mais on reste tout de même sur sa faim. La suite confirmera ou infirmera ce sentiment, mais il faudra être très patient, le second tome, Fuse,  n’étant prévu Outre-Atlantique qu’à partir de février 2013… Chronique rédigée pour le site ActuSF

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *