Chronique : Nox – Tome 2 – Ailleurs ?

Nox - tome 2Baisser de rideau sur un univers cruel et captivant qu’il est difficile de quitter…

Second et dernier tome de la courte série Nox d’Yves Grevet, nous retrouvons les personnages appartenant à un monde aux allures d’apocalypse, aussi bien au niveau écologique que social.

Ainsi rejoignons-nous Lucen, Firmie, Ludmilla et Gerges… les événements s’entremêlent pour nous amener lentement vers une fresque finale mémorable.

De retour dans la Nox poisseuse…

A la toute fin du premier tome nous quittions Lucen en très fâcheuse posture : dénoncé à la police par ses propres parents, son amie Firmie en début de grossesse et personne pour les aider…

A peine débuté, le roman nous entraîne dans les coins les plus dangereux de la Nox : dans des forêts où sont exploités les condamnés à mort. Avant d’être exécutés, ces derniers doivent effectuer des travaux forcés (et souvent mortels) pour permettre à ceux d’en haut d’être alimentés en gaz. Les plus « chanceux » voient leur temps de travaux allongés et leur échéance vers le mort reculée, c’est ce qu’essaye de faire au maximum Lucen, qui doit à tout prix rejoindre Firmie, en début de grossesse.

La vie n’est pas rose non plus pour Gerges, ancien meilleur ami de Lucen, qui ressent de plus en plus le besoin d’exister à travers les yeux de son père, mais semble jamais y parvenir. Ce cercle infernal le pousse à prendre une voie de plus en plus sombre pour enfin trouver grâce à ses yeux…

Pour Ludmilla, la jeune fille vivant en haut, loin de la Nox, au contraire de ce que l’on pourrait croire, son existence est elle aussi menacée. Ses actions contre l’ordre établi ont été remarquées par les deux camps et ces derniers comptent bien se servir d’elle du moment que cela sert leur cause.

Beaucoup d’oppression pour les personnages, mais aussi pour le lecteur. Il est vraiment très difficile de décrocher de ce dernier tome de Nox, vous voilà prévenus….

Intrigues et faits imbriqués pour un tableau remarquable… et grave

Tout au long de ce second tome, en passant d’un chapitre à l’autre (et donc d’un personnage à l’autre) on n’est happé au point d’en oublier tout ce qui se passe autour de nous. Complètement captivé par les risques de mort permanente de Lucen, les risques encourus par Firmie pour s’en sortir et donner une chance de vivre à leur futur enfant…

La construction du roman mérite elle aussi une attention toute particulière. En effet, Yves Grevet a réussi à créer une intrigue où tout fait a une influence sur le destin d’un autre personnage, le tout en étant crédible. Terriblement crispant et diablement efficace.

Il faut en convenir, Nox nous fait avoir une fascination malsaine sur le pire de la nature humaine (en particulier dans le premier tome avec le personnage de Gerges, dont on voit la descente aux enfers, mais ça n’est pas le seul) : impossible de détacher les yeux vers ces suites de misères qui tombent sur les différents protagonistes.

Magnifiquement sombre, Nox est un portrait à l’acide d’une possible société future si l’on en vient à être extrêmement pessimiste (ou réaliste et un tant sois peu imaginatif ?). Il sublime la moindre action dénuée d’intéressement. Heureusement, la furieuse envie de vivre de ces héros nous donne à nous aussi un certain regain d’optimisme.

Sublime, touchant, magnifique, les superlatifs manquent tant ce livre est pour moi une réussite. Il a réussi à m’emmener ailleurs, au point d’en oublier le reste, et pour cela, bravo !

9.5/10

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *