Chronique : Monster High – Tome 1

Monster High 01

Quand les monstres sont à la pointe de la mode…

Lisi Harrison est une écrivain américain qui écrit des romans très girly. Deux de ses séries ont étés traduites en France il y a quelques années : La Clique et La Bande.
Tout d’abord une licence de jouets créé par Mattel, Monster High a ensuite été décliné sur de nombreux supports : série TV, T-shirt, jeux… et livre.
La série est publiée aux éditions Castelmore, le label jeunesse-ado des éditions Bragelonne.

De nouveaux habitants dans la petite ville de Salem

Salem : un nom évocateur quand on connaît sa signification. Mais la famille de Mélodie ne déménage pas dans la mythique ville du Massachussetts où se déroula le procès des sorcières de Salem. Mélodie et sa famille vont vivre à Salem… dans l’Oregon.
Ravie de cette seconde chance dans la vie, Mélodie pense déjà aux nouveaux amis qu’elle va se faire avec pourquoi pas un petit ami également ? Par contre, sa sœur Candace déchante : elle vient de perde tout ce qui faisait son bonheur…ses meilleures amies, le shopping…
Parallèlement à ces nouveaux venus, vient de naître Frankie, une adolescente presque ordinaire hormis le fait qu’elle est faite de morceaux d’être humain cousus entre eux. Ses parents l’on fabriquée eux-mêmes et ils en sont très fiers.
Le point commun entre Frankie et Mélodie ? Elles vont devoir s’intégrer à Merston High tout en cachant habilement leurs « faiblesses » dans la jungle du lycée…

Sympathique mais pas flamboyant

Monster High tire sa force de personnages descendants de monstres mondialement connus. Ainsi Frankie est la descendante du monstre du professeur Frankenstein, quand aux autres… vous verrez.
Les clins d’œil à la littérature fantastique classique sont vraiment plaisants mais ne suffisent toutefois pas créer une vraie intrigue. Le thème de l’intégration est évidemment majeur, de même que l’acceptation de la différence par les autres.

Cette nouvelle série fantasti-chic plaira certainement à des lectrices adolescentes qui pourront s’identifier sans problèmes à l’un des nombreux personnages. Facile à lire, immersif, ce roman a le mérite de pouvoir donner envie de lire à un public qui n’est pas nécessairement très porté sur la lecture, et ça c’est un point positif.

Le plus dommage réside dans le manque de crédibilité des personnages. Melodie a un père chirurgien esthétique qui l’a d’ailleurs retouchée, sa mère quand à elle est juste styliste pour les stars. Elle a donc tout ce qui lui est nécessaire pour être parfaite, malgré son mal-être et ses complexes… Frankie elle aussi est à la pointe de la mode, elle a toutes les dernières nouveautés textiles et accessoires pour être in, ses parents lui cédant tout car trop heureux d’avoir enfin un « enfant ».

Alors, être à la mode et porter le dernier Gucci ou Prada, pourquoi pas, mais il aurait fallu que l’histoire soit un peu plus construite. On a parfois l’impression (au début en particulier) d’avoir de la publicité entre les lignes. Très consumériste dans l’état d’esprit, cette utilisation de produits de grandes marques ne suffit pas aux héroïnes pour s’épanouir. Une petite leçon de vie qui même si elle sera vite oubliée, est sur le fond positive.

En somme Monster High est sympathique mais ne laissera pas de souvenir impérissable à ses lecteurs… dommage, l’idée étant originale.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *