Chronique : Métaphysique des tubes

metaphysiquedestubes.jpg

Bon, que dire de ce livre… un chouette livre à lire dans le train ou au travail, mais pas transcendant, et de loin le moins bien d’Amélie Nothomb parmi tout ceux que j’ai lus.

Le début est vraiment intéressant, car le bébé qu’elle est, n’est qu’un tube. Une chose qui ne crie pas, ne pleure pas, tellement inexistante qu’elle en vient à être aimée par son silence, jusqu’à ce que le tube se réveille et devienne une petit fille qui croit qu’elle est Dieu. C’est après le réveil du tube que le roman est beaucoup moins bien selon moi, c’est dommage, le début était vraiment intéressant, captivant par l’insolite de la chose qu’est le tube.

La suite n’est qu’une biographie de l’auteur, qui a passé son enfance au Japon, c’est sympathique (surtout l’épisode des carpes, qui est vraiment bien), mais sans plus, on reste sur sa faim.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *