Chronique : L’héritière – Tome 1

L'héritière 1 couverture provisoire Une nouvelle saga de fantasy à destination des adolescents où l’héroïne possède une peau aux étranges propriétés… mortelles

Écrit par Melinda Salisbury, L’héritière est le premier tome d’une trilogie de fantasy destinée aux adolescents. Aux États-Unis, l’ouvrage a été élu coup de cœur du Publishers Weekly et fait partie des dix nouveautés 2015 à ne pas louper selon Bookseller.

En anglais le titre du livre est The Sin Eater’s Daughter soit, La fille de la mangeuse de péchés, un titre original qui attise la curiosité et qui surtout est plus fidèle au roman.

Un univers régit par les Dieux et leurs incarnations terrestres

Quand débute le récit, nous découvrons Twylla, ou plutôt Daunen incarnée. La jeune femme rousse est l’incarnation de la fille de deux Dieux qui régissent le royaume de Lormere. Elle qui n’était que la fille de la mangeuse de péchés, la voici propulsée au rang de déesse : destinée à se marier avec le Prince et devenir plus tard, la Reine de Lormere.

Même si elle n’a rien décidé, Twylla est assez satisfaite de son sort, il y a bien pire que de devoir épouser le Prince, même si elle ne l’a pas vu depuis plus de deux ans. Il y a pire que de devenir Reine d’un royaume, et il y a pire que de devoir tuer des traitres à la couronne rien qu’en les touchant… et effectivement, le pire existe, et il arrive. Il y a pire que la Reine actuelle du royaume qui terrifie tout le monde y compris sa famille tant elle est cruelle et ambivalente.

Une trame très classique axée avant tout sur la romance

L’héritière est un roman pour adolescents dont l’intrigue est très (et trop) classique. Rapidement, on voit une romance s’installer et par la même occasion, un triangle amoureux. Ce qui est dommage c’est que le tout se déroule sans surprise et avec un peu trop naïveté.

En effet, même si Twylla ne se rend pas immédiatement compte de ce qu’il se passe, nous lecteurs savons où cela la mène. D’œillades en regards, de remarques en conversations… Twylla tombe amoureuse… de la mauvaise personne.

Notre héroïne narratrice vit quasiment cloîtrée. Entre son appartement et son lieu de culte voué aux Dieux, elle ne peux guère se déplacer. On comprend pourquoi tout tourne assez vite autour de ses seuls sentiments. Le problème, c’est que la romance prend une place disproportionnée par rapport à l’intrigue et à l’univers riche (qui aurait pu être beaucoup plus développé) de Melinda Salisbury.

Un bel univers qui aurait gagné à être encore plus exploré et développé

Même si l’histoire de L’héritière ne sort gère des sentiers battus, son univers sombre lui est attrayant et aurait pu être encore plus obscur si l’auteur l’avait voulu.

En effet, dans les monarchies, les histoires de consanguinité et d’inceste sont monnaie courante afin de préserver une lignée royale pure. Le royaume de Lormere n’échappe pas à la règle. La Reine ayant prévu pour prendre sa suite de marier ses deux enfants entre eux… Ces rapprochements malsains on souvent d’ailleurs des répercutions indésirables : malformations, mort prématurée, folie…

Mais la partie originale et obscure de L’héritière se cache dans l’étrange travail de la mère de Twylla : mangeuse de pêchers. L’idée est géniale : quand on meurt, pour que notre âme parte dans l’autre monde et n’importune pas les vivants, la mangeuse de pêchers doit venir. Elle se doit de manger tous les aliments présentés sur le cercueil du défunt sous peine de tourmenter l’âme du défunt. Chaque aliment correspond à un pêché commis, avec une symbolique bien précise pour chacun. La sémiologie des aliments ingérés par la mangeuse de pêchés aurait pu ainsi être développée tant je trouve l’idée fascinante, au final on ne découvre la symbolique que de cinq ou six aliments.

De même, l’auteur joue avec le langage des fleurs utilisées dans son roman et nous renvoie à leur symbolique durant l’époque victorienne. Je trouve que ce type de démarche peut apporter un plus intéressant à l’histoire et faisant « enquêter » le lecteur.

Par ailleurs, nous retrouvons dans le roman une réécriture intéressante du Joueur de flûte de Hamelin sous le nom de la légende du prince endormi. L’histoire de début est très similaire au conte que l’on connaît, mais son développement et sa conclusion sont extrêmement différents et beaucoup plus sanglants.

 ……

L'héritière 2 VOAlors que penser au final de ce premier roman ouvrant une nouvelle saga de fantasy ? On sent une réelle volonté de surprendre de la part de l’auteur, mais les révélations s’enchaînent tellement vite sur la fin, qu’on en perd le sens de la mesure. De twists en chutes, le lecteur est de moins en moins surpris, et c’est dommage. En dehors des tous derniers chapitres, le déroulement général est par trop classique et ne nous fait pas assez découvrir l’univers intéressant crée par l’auteur.

A suivre tout de même pour voir où Melinda Salisbury veut nous emmener dans la suite de sa saga, en espérant qu’elle creusera beaucoup plus les bonnes idées qu’elle a eues.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *