Chronique : Chaîne autour du soleil

Chaîne autour du soleil 01Un mode d’invasion original pour un récit qui l’est tout autant…

Auteur de nationalité américaine, Clifford D. Simak est une référence incontournable du paysage de la science-fiction. On lui doit notamment les ouvrages suivants : Demain les chiens (l’un de ses plus connus), Voisins d’ailleurs, ou encore Frères Lointains.

Avec Chaîne autour du soleil, il nous entraine dans une sf originale où l’invasion des Mtants est en marche, mais pas d’une façon traditionnelle… en effet, l’une des plus grandes faiblesses de l’homme est son système économique, et elle va être exploitée jusqu’à la corde…

Effondrer l’économie de l’homme comme garantie de victoire

Quand les dispositifs ont débarqués dans les boutiques, c’était un véritable événement. En effet, le fabriquant promettait un produit absolument inusable. Ça a commencé avec des rasoirs, puis des ampoules, puis des objets de la vie quotidienne de plus en plus gros et importants.

Peu à peu, c’est l’économie mondiale qui est menacée, et qui se met en devoir d’agir pour protéger ses intérêts, et aussi ceux de ses milliers d’employés au passage. Mais est-ce qu’un congloméra – si puissant soit-il – d’hommes dirigeants des multinationales suffira à éliminer la menace qui pèse sur tous ? C’est en tout cas ce qui est tenté à travers la personne de Jay Vickers, écrivain fauché à succès de son état. Quel rapport et quel poids peut-il avoir dans l’affaire ? Lui-même l’ignore…

Chaîne autour du soleil 03Déstabilisant, mais dans le bon sens du terme

L’intrigue de chaîne autour du soleil est extrêmement séduisante de par le mode d’invasion original utilisé. Après tout, sans économie, c’est tout ce qui fait notre société qui s’effondre : plus d’argent et c’est l’anarchie assurée à toutes les échelles. Rien que pour cette idée qui change des invasions de vaisseaux spatiaux surarmés, on salue Clifford D. Simak.

Tout comme Jay Vickers, le lecteur est trimballé sans réellement connaître les enjeux ou les risques que tout cela implique. On appréciera l’intrigue qui nous emmène de révélations en révélations à un tel point que l’on ne sait plus si ce que l’on sait est la vérité ou non. C’est une histoire déstabilisante, mais agréable à lire.

Le seul point noir selon moi est en rapport avec la toupie de son enfance que notre héros retrouve. Son utilisation étrange, entre surréalisme et onirisme nous égare littéralement dans le délire de l’auteur, que l’on a un peu de mal à suivre sur ce passage. Cette partie du récit désoriente sérieusement le lecteur, mais ne doutons pas que ce soit là le résultat escompté par l’auteur, qui maîtrise donc parfaitement son récit.

Chaîne autour du soleil 02En conclusion, Chaîne autour du soleil est un bon petit classique de la science-fiction. Plus édité pour le moment, il n’en reste pas moins incontournable, de son début intriguant, jusqu’à sa fin, maligne et parfaite. A lire par tout amateur de sf. Si vous tombez dessus au détour d’une brocante ou autre, n’hésitez pas ! Cependant, ne lisez pas la quatrième de couverture qui révèle l’intrigue jusqu’à un point assez avancé du roman…

EDITEUR :
TRANCHE d´ÂGE :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *