Chronique bd : Un amour de Marmelade

un amour de marmeladeUne histoire basique, mais qui sait séduire le lecteur par son univers original.

Un amour de Marmelade est une bande-dessinée en one-shot qui se déroule dans un univers onirique que l’on peut qualifier de steampunk. Son auteur, Supiot, a déjà bon nombre de bd à son actif dont la série Marie Frisson chez Glénat, ou encore Les aventures oubliées du baron de Münchhausen chez Vent d’Ouest.

Dans la ville sombre et brumeuse de Lutecia…

Lutecia, une ville qui n’est plus que l’ombre d’elle-même suite aux nombreux bouleversements passés. Les habitants y sont tristes et gris, sans aucune volonté. Mais parmi eux, caché dans les égouts de la ville se cache le célèbre et très recherché Marmelade.
Cette homme (ou autre choses ?) est recherché par toute la police de la ville pour nombres de crimes… mais Marmelade dément toutes ces accusations : son unique but est de retrouver son amour perdu depuis des années, sa femme Mathilde.

Mais qui est Marmelade ?

Vous l’aurez très certainement compris, l’étrange personnage vert en couverture n’est autre que Marmelade, mais qu’est-il réellement ? Il ne ressemble à rien d’humain et pourtant il agi comme n’importe lequel d’entre nous.
Marmelade est donc un être étrange dans un monde qui l’est tout autant, mais il ne sera bientôt plus seul dans sa quête de la vérité, car une jeune femme prénommée Blanche va l’aider dans son entreprise. Car Marmelade n’a pas toujours été ma créature que beaucoup jugent monstrueuse… c’était avant tout un homme, un scientifique apprécié et renommé, qui plus est, et Blanche n’est autre qu’une de ses plus grandes admiratrices.

un amour-marmelade-planche-supiot-400x571Un graphisme original et des personnages très attachants

La jeune Blanche est un des personnages les plus intéressants de l’histoire avec une personnalité plus complexe qu’il n’y parait. Marmelade quand à lui trouve sa force de caractère dans son apparence et son graphisme des plus atypique ; le plus curieux étant sa quasi-absence d’expressions faciales, car il n’est doté que d’une bouche. Mais ces éléments manquants sont d’autant plus parlants car on devine aisément ses expressions.

Entre le roman graphique et la bd, cette œuvre a le mérite d’avoir un réel univers. Parfois très esthétique, notamment lorsqu’on navigue à travers des chefs d’œuvres de la peinture (Monet, Manet…) et d’autre fois atroce. L’histoire est découpée en chapitres dont la page de garde est tout simplement magnifique, on tombe aussi sur quelques coupures de journaux sublimes dans le réalisme et le détail. Le dessin est à l’image de son histoire, parfois drôle, burlesque, triste ou encore violent. Supiot n’a pas toujours une patte esthétique, mais toujours à fleur de peau.

Un amour de Marmelade est donc un très beau livre-objet que les amateurs du genre steampunk pourront sans doute apprécier. On regrettera toutefois une intrigue un peu trop légère et facile, mais c’est le risque quand on a affaire à un one-shot.

6.5/10

AUTEUR :
EDITEUR :
TRANCHE d´ÂGE :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *